Cérémonies commémoratives du 9 novembre 2017

Cérémonies commémoratives du 9 novembre 2017

Le 9 novembre 2017, la Fondation Charles de Gaulle a participé aux cérémonies commémoratives à l’occasion du 47e anniversaire du décès du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Églises. Une messe solennelle a eu lieu dans la chapelle de Colombey et s’en est ensuivi un dépôt de gerbe sur la tombe du Général.

Des cérémonies militaires ont été organisées par la Fondation Charles de Gaulle et l’Ordre de la Libération au pied de la Croix de Lorraine à 11h30 en présence :
– de Madame Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès du ministère des Armées
– de nombreuses unités militaires : 61e Régiment d’Artillerie, 13e demi-brigade de Légion étrangère, porte-avions Charles de Gaulle, Régiment Normandie-Niemen et 501e Régiment de chasse.
– de Madame la maire de Paris Anne Hidalgo
– de Monsieur l’ambassadeur d’Allemagne en France Nikolaus Meyer-Landrut (présent à l’occasion des 50 ans du décès d’Adenauer)
– du Ministre conseiller auprès de l’ambassade de la Fédération de Russie, Artem Stydenikov (présent en hommage aux héros du Normandie-Niémen)
– et de plus de 100 lycéens de la région Île-de-France.

« Le Gaullisme aujourd’hui », par Jean-Marie Dedeyan

« Le Gaullisme aujourd’hui », par Jean-Marie Dedeyan

À l’occasion du 47e anniversaire de la mort du général de Gaulle le jeudi 9 novembre prochain et de la journée commémorative que la Fondation Charles de Gaulle sera heureuse de perpétuer au pied de la Croix de Lorraine à Colombey-les-Deux-Églises, Monsieur Jean-Marie Dedeyan, vice-président de la Fondation Charles de Gaulle, partage en ces colonnes une tribune sur ce que signifie le Gaullisme aujourd’hui.

Ces cérémonies du 9 novembre 2017, organisées conjointement avec l’Ordre de la Libération et la préfecture de la Haute-Marne, seront également placées sous le signe des 50 ans de la mort de Konrad Adenauer, des 75 ans de la bataille de Bir Hakeim et des 75 ans de la création de l’escadron Normandie-Niemen.

LE GAULLISME AUJOURD’HUI
par Jean-Marie Dedeyan, vice-président de la Fondation Charles de Gaulle

Le Gaullisme n’est pas une doctrine. Dans l’imagerie populaire, c’est d’abord un fait historique. L’histoire d’un homme et de ses compagnons qui refusent la défaite de 1940, s’opposent au renoncement adopté par le régime de Vichy et décident de combattre. Pour de Gaulle, il s’agit de défendre une certaine idée de la France forgée par des siècles d’histoire, une conception de la souveraineté, un refus de l’asservissement et une volonté farouche de permettre au peuple français de continuer librement à écrire sa propre histoire au lieu de la laisser écrire par d’autres.

Le Gaullisme n’est ni une religion, ni une idéologie. C’est une conception réfléchie et pragmatique de l’action. Cette approche repose à la fois sur des réalités historiques, culturelles, démographiques et géographiques, sur des valeurs philosophiques, sur une prise en compte réfléchie des circonstances et des réalités, et sur une capacité d’application dont les principes demeurent, mais dont la traduction opérationnelle est fonction des circonstances.

Être gaulliste aujourd’hui, ce n’est pas être nostalgique. C’est, au contraire, agir sans renoncer pour maintenir vivante une certaine idée de la France, de l’État, de la Nation, de la République et du Bien public, afin d’éclairer et d’élever la pensée et l’action futures des jeunes générations.

Un peu partout dans le monde, des hommes et des femmes honorent le souvenir du général de Gaulle décédé le 9 novembre 1970 dans sa maison de Colombey-les-Deux-Églises.

Une voix, un nom, une philosophie de l’action

Le 18 juin 1940, lançant son célèbre Appel, il est d’abord une voix et un nom. Pendant les quatre années de guerre, ce nom et cette voix ont symbolisé l’honneur et l’espérance ; l’honneur du peuple français et l’espoir de sa patrie libérée.

Rappelé en 1958 pour sortir la France et les Français des errements d’une IVe République confrontée à une instabilité chronique et à de nombreuses difficultés politiques, économiques, sociales et diplomatiques, le général de Gaulle a su rénover la République en la dotant d’une constitution et d’un gouvernement dont l’action, sous l’impulsion de Michel Debré d’abord, puis de Georges Pompidou, a largement porté ses fruits.

En une dizaine d’années, la France s’est trouvée régénérée. Malgré l’épreuve de l’Algérie, ses finances ont été assainies, ses banques, son industrie, son agriculture ont fait l’objet de restructurations, son économie a progressé, ses équipements ont été renouvelés et développés, la paix scolaire a été rétablie, sa défense a été modernisée et sa politique extérieure lui a permis d’exercer, sur le fondement de son indépendance, une influence internationale incontestable…

Une conception lucide de la République

La légitimité du général de Gaulle à l’égard de la France et son autorité dans le Monde ont indéniablement contribué à l’efficacité de son gouvernement et de son action politique. Un contrat de confiance entre la Nation et lui avait été forgé dans le malheur et dans l’espérance des années de guerre. Et, à son retour en 1958, ce contrat reposait sur de nouvelles institutions dont il avait esquissé les grandes lignes le 16 juin 1946 à Bayeux et sur une conception lucide de la République :

– La République, c’est la France unie et indivisible, consciente de son destin collectif et dotée d’institutions solides et souples, dont la légitimité repose sur la volonté populaire librement exprimée.

– La République c’est une France dans laquelle la citoyenneté constitue une sphère où chacun est l’égal des autres. Et cette égalité est garantie à la fois par des droits individuels et par un espace public, politique et social : la Nation.

– La République, c’est une France ambitieuse dont le bon état des finances, la compétitivité, la croissance économique, s’ils sont des objectifs premiers, sont aussi des moyens pour bâtir une solidarité sociale équitable, accélérer la mutation des entreprises, organiser la participation des travailleurs dans l’Entreprise, réaliser des projets d’avenir dans l’espace et le fond des océans, mener des programmes de recherche et effectuer des découvertes technologiques ou médicales contribuant au progrès individuel et collectif.

– Indivisible et ambitieuse, la France est souveraine ; et la République est garante de cette souveraineté. Ne pas l’affirmer, c’est condamner la France à perdre sa personnalité au profit d’une ou plusieurs autres.

La question a déjà fait l’objet de larges débats, notamment sur la coopération européenne. La conception gaullienne à cet égard considère que l’Europe doit être envisagée non comme un super État qui affaiblirait la Nation, mais comme une union entre états qui s’associent pour coopérer et mener des actions communes dont ils assurent entre eux la définition et l’exécution.

Le général de Gaulle considérait que la coopération entre nations européennes est nécessaire, mais qu’il convient de « faire l’Europe sans défaire la France », en veillant à la défense de nos intérêts ; car ce que la France n’aura pas fait pour elle-même, nul ne le fera à sa place. De surcroit, l’Europe n’est pas la même selon que la France est forte ou faible. La France est donc indépendante et maitresse de son destin comme elle est maîtresse de ses relations avec les autres états.

Cette indépendance nationale est une exigence d’autant plus nécessaire que le monde est incertain, marqué par l’égoïsme de nombreuses puissances, par des rivalités commerciales accrues, par des déséquilibres démographiques, des tensions idéologiques et des conflits ethniques sur la plupart des continents.

L’indépendance de la France, qui repose sur la force nucléaire de dissuasion, ne saurait cependant, en tant que telle, se suffire à elle-même. Elle est la condition de la libre maitrise de leur destin par les Français sur le plan intérieur ; mais c’est d’elle également que dépend la possibilité pour la France de jouer le rôle qui est le sien sur la scène internationale.

– Patrie des droits de l’homme, la France, sous l’autorité de ceux qui la dirigent, a, ainsi, la double charge de garantir la liberté et la solidarité des Français, et de déployer sa politique extérieure au service de la Paix, du progrès et de la dignité de la personne.

Face aux défis du XXIe siècle, une source d’inspiration pour les décideurs

Cette philosophie de l’action au service du bien public constitue une belle leçon. C’est quand on a la volonté d’ajuster son action à cette haute idée de la France et de sa mission que l’on peut évoquer le nom du général de Gaulle et se réclamer du Gaullisme. Car le Gaullisme est d’autant moins une nostalgie que dans de nombreux domaines de réflexion et d’action il constitue une référence.

Dans la mémoire de chacun, Charles de Gaulle est désormais non seulement l’homme du 18 juin, le fondateur de la Ve République, l’initiateur avec le Chancelier Adenauer du rapprochement franco-allemand, un homme d’État exceptionnel doublé d’un grand écrivain. Mais son message continue aussi à éclairer les réflexions et les décisions politiques, qu’il s’agisse des institutions, de la défense, de la conception des rapports entre les peuples, de la dignité de la personne humaine, de la participation…

Notre époque actuelle n’est pas seulement celle des mutations et des perspectives nouvelles offertes par la coopération européenne, la recherche scientifique, les nouvelles technologies et leurs applications à l’industrie, aux transports, à l’éducation, à la santé, à la communication.

Notre époque est aussi faite de rivalités et de tensions entre nations, entre nations et continents, entre continents et civilisations. Sur une scène désormais mondialisée, elle est le théâtre de compétitions souvent impitoyables : techniques, économiques, ethniques, culturelles, idéologiques, stratégiques…

Or ces compétitions se déroulent dans un environnement international incertain et face à des acteurs imprévisibles, alors que des menaces d’une gravité exceptionnelle modifient sensiblement nos réflexions sur l’avenir.

La pensée et le pragmatisme du général de Gaulle demeurent, dès lors, dans la plupart des situations, une source d’inspiration utile et féconde pour appréhender ces défis tout en veillant à maintenir l’union des Français et à préserver l’autonomie stratégique de la France ; car, pour que la France demeure un grand pays, celle-ci doit demeurer pour les générations présentes et futures une ambition forte et partagée.

Jean-Marie Dedeyan
Vice-président de la Fondation Charles de Gaulle

Libéralisme d’État : une vision pour le XXIe siècle ?

Libéralisme d’État : une vision pour le XXIe siècle ?

Le mardi 17 octobre 2017, la Fondation Charles de Gaulle a reçu en ses murs une délégation russe composée de parlementaires, de hauts fonctionnaires et de cadres dirigeants de grandes entreprises, tous auditeurs de la prestigieuse Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration (RANEPA).  Cette séquence faisait partie d’un programme d’ateliers organisés par la Chambre de Commerce et d’Industrie Paris Ile-de-France. Après la visite du bureau qu’occupait le Général au 5 rue de Solférino, un échange consacré aux visions gaulliennes de l’intervention de l’État dans l’économie et au libéralisme d’État dans les années 1960  auquel participaient Arnaud Teyssier, président du Conseil scientifique, et Frédéric Fogacci, directeur des études et la recherche de la Fondation, a permis de constater que la vision gaullienne du rapport entre politique et économie conserve encore toute sa pertinence aux yeux des hauts responsables russes d’aujourd’hui.

Intervention de Frédéric Fogacci, Directeur des Études et de la Recherche, lors de la réception de la délégation russe de haut-niveau le 17 octobre 2017.

Un Libéralisme d’État ? Les conceptions économiques et sociales du Général de Gaulle, aux sources du rebond français des années 1960.

La notion de « Libéralisme d’Etat » peut sembler paradoxale, une grande partie de l’effort des libéraux s’étant nourrie d’une volonté de s’extraire de l’influence et de la réglementation de l’Etat dans le domaine économique. Elle trouve pourtant un sens particulier si on l’applique à la pensée et à l’œuvre économique et sociale du Général de Gaulle, mais aussi plus globalement si on l’inscrit dans l’évolution de long terme du modèle économique français. A compter du mercantilisme de Colbert, l’Etat est en France porteur d’une aspiration à tirer les acteurs économiques vers l’ouverture et la modernité, et d’une vision de l’économie qui lui réserve la possibilité de déterminer des objectifs de moyen et long terme.

 

La vision gaullienne de l’économie s’inscrit dans cette continuité, et se nourrit en outre des réformes de 1945, dont le Gouvernement que dirige alors le Général est l’artisan. Le constat communément partagé selon lequel les Etats européens ont failli par refus d’intervenir face à la crise économique des années 1930, la nécessité également d’imposer un pilotage public à des domaines jugés stratégiques conduit à la double mise en place de nationalisations (EDF, GDF, Régie Renault, etc…) et d’une planification symbolisée par la création du Commissariat général au Plan, dirigé par Jean Monnet, qui s’imposera rapidement comme un organe très influent au sommet de l’État. Cet héritage, nourri par le programme du CNR, fait largement consensus.

De Gaulle, cependant, a longtemps été poursuivi dans ce domaine par cette phrase qu’il n’a d’ailleurs jamais prononcée, « L’intendance suivra », dont il s’est à de nombreuses reprises justifié. Du point de vue gaullien, la politique économique n’existe pas en soi, mais s’inscrit dans un effort national global ayant pour but l’indépendance et le rayonnement. Elle est donc indissociable d’une politique étrangère exigeante, centrée sur l’acceptation du projet européen (la France a signé le traité de Rome en 1957) et d’une refondation constitutionnelle qui donne au pouvoir politique une stabilité et une marge de manoeuvre lui permettant de fixer un cap. Cette vision d’ensemble et ce souci de la souveraineté ont pour corollaire une politique d’orthodoxie budgétaire et monétaire, l’endettement et l’instabilité de la monnaie étant considérés comme des faiblesses susceptibles de nuire à la crédibilité internationale de la France, mais aussi un corollaire social : les travailleurs doivent toucher les fruits de leurs efforts, à travers l’intéressement aux bénéfices et la politique de participation.

 

Pour tenter de résumer rapidement la vision gaullienne, ont peut donc faire trois remarques.

 

Tout d’abord, l’économie est la clé de la souveraineté. Quand de Gaulle est appelé au pouvoir en mai 1958, l’essentiel de la croissance française est absorbé par l’effort algérien, les mesures sociales du Front Républicain ne sont pas financées, et le franc sort de plusieurs dévaluations assumées ou non. C’est dans ce contexte désastreux, qui rend le budget français dépendant des subsides américains, que de Gaulle prend une décision stratégique, celle d’honorer le traité de Rome sans demander de délai d’application. La conséquence directe en est la nécessité de mettre à niveau l’économie française, ce qui sera l’objet du plan dit « Rueff », mis en œuvre à partir du début de l’année 1959. La purge économique est radicale : le franc est dévalué de 17%, les dépenses publiques comprimées de 14% (sans que les dépenses de recherche soient touchées), les indexations supprimées, à l’exception du SMIG. En revanche, des dispositifs encouragent l’investissement (création des SICAV pour favoriser un actionnariat populaire). L’objectif est double : permettre à l’économie française d’être au rendez-vous de la construction européenne, réorienter celle-ci vers l’exportation, la dynamique de reconstruction étant arrivée à son terme.

 

Ce train de mesures a un impact important sur la croissance (5,5% annuels en moyenne dans les années 1960), et permet à la France de négocier en position de force la politique agricole commune avec le partenaire allemand. Dès 1963, les droits de douane sont abaissés de 50%, et de 100% en 1968, avec cinq années d’avance sur le calendrier prévu par le traité de Rome. Le budget, largement déficitaire en 1957, redevient excédentaire dès 1959, tandis qu’en 1968, la France parvient à rembourser la totalité de sa dette extérieure en devises. En effet, le cap de la rigueur impulsé en 1958 est tenu avec fermeté, le Général favorisant la mise en place en 1963 d’un plan de stabilisation destiné à juguler l’inflation. Cependant, les dépenses publiques, notamment sous le coup des grands projets, augmenteront régulièrement, pour atteindre 39% du PIB en 1969.

 

Second point, dans l’idée du Général de Gaulle, l’État joue un rôle de stratège et de pilote pour l’économie française. Il ne s’agit pas pour le Général de mettre en place, bien évidemment, une économie étatisée, beaucoup de structures fonctionnant selon un partenariat public/privé, mais de donner à l’État les moyens d’un pilotage stratégique, qui s’inscrirait dans une forme de capitalisme à la française. Pierre Guillaumat le résume en une formule : « Sans la puissance industrielle de l’Allemagne, sans la puissance financière de l’Angleterre, il reste l’administration : une directive, de l’argent et un grand corps d’État », ou plus exactement plusieurs grands corps d’État, de Gaulle étant attentif à éviter un fonctionnement monoculturel, ce qui l’amène à fréquemment faire cohabiter ingénieurs et hauts-fonctionnaires, par exemple. Ce modèle économique n’est pas étatisé car il est tourné vers la modernisation et l’exportation, et soumis à des contraintes de rentabilité : l’objectif de performance et de rentabilité est tout sauf secondaire.

 

Le premier de ces piliers est l’accord conclu avec les grands corps d’État. Plusieurs témoignages, dont celui de François Bloch-Lainé, le montrent, sous la IVe République, la faiblesse et l’instabilité du pouvoir politique permettent à certains hauts-fonctionnaires de piloter eux-mêmes leur administration. La Ve République correspond à une remise de ces compétences administratives au service d’une vision politique.

 

Le second pilier est le recours à la planification, qui donne à l’Etat les moyens d’une vision stratégique. Le recours à la planification n’est pas systématique et global, mais centré sur des objectifs précis. L’exemple du plan Calcul de 1966, destiné à développer une informatique dans un  cadre national, illustre le pragmatisme gaullien, malgré ses résultats mitigés.

 

Le troisième pilier réside dans la nationalisation des entreprises jugées stratégiques, celles destinées à assurer l’indépendance énergétique de la France (Elf, Total) ou son développement dans des secteurs stratégiques de pointe (Snecma, CNES). L’État se place en position de déterminer les objectifs tout en maintenant ces secteurs sous souveraineté nationale.

Enfin, ce pilotage est également mis en cohérence avec la diplomatie gaullienne : certaines initiatives, comme le voyage en URSS du printemps 1966, permettent la mise en place de deux commissions bipartites : les structures semi-publiques, comme la Banque Française pour le Commerce extérieur (BFCE) permettent de donner un débouché économique aux avancées diplomatiques.

La troisième spécificité gaullienne réside dans la contrepartie sociale. Dès 1959, la création de l’UNEDIC, en période de plein emploi, ou l’attachement du Général à la politique de participation, traduite par les textes de 1959 sur l’intéressement aux bénéfices, ou de 1967 (Amendement Vallon) montrent le souci global d’associer les travailleurs à l’effort de redressement, mais aussi aux fruits de celui-ci, quand bien même ces dispositifs se font peut-être au détriment d’une vraie politique salariale, ce qui conduira au rattrapage violent des Accords de Grenelle de 1968.

Cependant, cette contrepartie sociale se traduit également par la recherche d’un lien direct avec les éléments jeunes et dynamiques, aptes à faire évoluer l’économie française vers la modernité. L’exemple des Jeunes agriculteurs, la « génération Debâtisse », est un bon exemple de partenariat entre l’Etat et les acteurs dynamiques d’une profession pour accompagner la mutation d’une profession, dans le contexte de mise en place de la P.A.C. Mais ce souci va plus loin : les « forces vives » de la Nation font l’objet des sollicitations constantes de de Gaulle, à travers la place qui leur est réservée au Conseil économique et social en 1958, dans la réforme régionale de 1964 (ils siègent dans les C.O.D.E.R), mais aussi dans la réforme de 1969, qui vise à leur proposer une représentation élargie dans un Sénat rénové. Cet aspect social de la politique gaullienne est sans doute sous-estimé, mais pas oublié, le Président Emmanuel Macron ayant invoqué récemment la « belle idée gaullienne de participation ».

On peut, en conclusion, poser plusieurs idées.

La première est que l’exemple gaullien plaide en faveur des thérapies de choc, des réformes radicales. Le plan Rueff de 1963 est un plan d’ensemble, dans lequel de Gaulle choisit des options audacieuses (dévaluation de 17% quand certains plaident pour 12% par exemple). En effet, comme le souligne Nicolas Baverez, à la thérapie de choc répond un choc de croissance. Cependant, l’objectif clairement indiqué et la mise en place d’un pouvoir politique stable désarment les corporatismes.

 

La seconde est que la politique économique trouve son sens et son efficacité dans une politique d’ensemble, qui associe réforme économique et redéfinition de la politique étrangère. Le rebond de 1958 aurait-il été possible sans la refondation politique ? Sans la personne du Général pour marquer une volonté ? C’est cette vision d’ensemble qui permet de mobiliser la diversité des acteurs administratifs, économiques et sociaux, le contexte de croissance et les résultats rapides contribuant bien sûr à la réussite du projet. Cette dynamique est cependant fragile, et s’use progressivement au cours des onze années de pouvoir.

 

Enfin, le succès de modèle gaulliste tient peut-être au fait qu’il s’inscrit dans une voie française, dans une tradition historique de long terme propre à notre pays, qu’il s’appuie sur se structures existantes et ses points forts, bref, qu’il ne suscite pas d’opposition culturelle propre à le faire échouer.

Fort de ces trois principes, le Général de Gaulle a pu donner l’impression de tenir presque tous les leviers de l’action publique pendant une certaine période, et de les actionner dans le même sens, afin de ramener le pays sur le chemin de la croissance. Cependant, à l’heure du capitalisme financiarisé et mondialisé, peut-on imaginer qu’un dirigeant, français ou étranger, ait un jour de nouveau cette capacité à tenir tous ces leviers en même temps ?

Le Président de la République sur TF1 – La participation des salariés : « une source d’ardeurs nouvelles » ?

Le Président de la République sur TF1 – La participation des salariés : « une source d’ardeurs nouvelles » ?

Dans son interview télévisée ce dimanche 15 octobre sur TF1, Emmanuel Macron a déclaré : « Je veux que les salariés aussi puissent avoir leur part de la réussite. Et donc je souhaite qu’on puisse revisiter cette belle invention gaulliste de l’intéressement et de la participation et je veux à cet égard qu’en 2018 on puisse avoir un vrai débat sur ce point ».

L’occasion donc de se replonger dans le fameux discours d’Oxford du général de Gaulle devant le Cercle Français à l’Université d’Oxford le 25 novembre 1941, dans lequel le Général manifeste le choix d’investir le champ de la « Participation » !

© Crédit publication du discours du général de Gaulle du 25 novembre 1941 : Fondation de la France Libre

© Crédit photo d’en-tête : TF1

Projet de statue du général de Gaulle à Evreux – Appel aux dons

Projet de statue du général de Gaulle à Evreux – Appel aux dons

Le mardi 10 octobre 2017, le maire d’Evreux, Monsieur Guy Lefrand, et le président de la Fondation Charles de Gaulle, Monsieur Jacques Godfrain, ont signé une convention de partenariat lançant officiellement le projet de création d’une statue du général de Gaulle sur la place de l’hôtel de ville d’Evreux et la campagne de dons l’accompagnant.


Page 1 sur 141234510Dernière page »