Dossier thématique : « moderniser la France »

Document : inauguration du tunnel du Mont-Blanc, 16 juillet 1965

© Droits réservés

La voie de l’indépendance nationale passe par la modernisation de la France, car, comme de Gaulle l’écrit dans ses Mémoires d’espoir : « Expansion, production, concurrence, concentration, voilà, bien évidemment, les règles que doit dorénavant s’imposer l’économie française, traditionnellement circonspecte, conservatrice, protégée et dispersée. »

S’il bénéficie d’une conjoncture économique exceptionnelle, de Gaulle permet à l’économie française de faire face à l’ouverture des frontières avec le Marché commun en engageant d’importantes réformes de structures, comme les concentrations industrielles et bancaires, et en faisant du franc une monnaie stable et forte.

La production industrielle s’accroît de 5,5% par an, les activités de pointe  bénéficient d’une aide de l’Etat multipliée par huit entre 1959 et 1967, la révolution agricole accélère l’exode rural et modifie le visage du pays.

L’aménagement du territoire devient une priorité, des villes nouvelles voient le jour et  la France se dote d’infrastructures modernes telles que les nouvelles autoroutes (le réseau autoroutier passe de 125 kilomètres en 1958 à 480 en 1964) et l’aéroport de Roissy.