Le Porte-Avions Charles de Gaulle

« La France sans une grande Marine ne saurait rester la France » Charles de Gaulle

 

 Alors que le chantier de rénovation à mi- vie du porte-avions Charles de Gaulle bat son plein dans le grand bassin Vauban, la fondation Charles de Gaulle et l’équipage du porte-avions se rapprochent pour lancer la réalisation de projets en commun.

 

Héritier d’une longue série de porte-avions français – Béarn (1927-1952), Joffre (construction débutée en 1938 mais abandonnée en juin 1940), Dixmude (1947-1949), Arromanches (1946-1978), Lafayette (1951-1962), Bois-Belleau (1953-1959), Clémenceau (1961-1997) et Foch (1963-2000) – le Charles de Gaulle est actuellement au bassin, à Toulon, pour son deuxième Arrêt technique majeur depuis son admission au service actif en 2001. Pendant ce chantier industriel majeur, la maîtrise d’ouvrage conjointe est assurée par le service de soutien de la flotte et la direction générale de l’armement, et la maîtrise d’œuvre d’ensemble à l’industriel Naval Group. L’équipage est pleinement engagé pour redonner tout son potentiel au « navire amiral » de la France, lui permettre de maintenir son haut niveau de performance et s’intégrer à des dispositifs interalliés toujours plus exigeants en termes d’interopérabilité pour les 20 prochaines années.

 

Dans ce contexte, la fondation Charles de Gaulle et le porte-avions éponyme souhaitent développer un partenariat permettant la réalisation d’actions concrètes.

  • Un « projet bibliothèque» pour constituer une collection d’ouvrages et de « beaux livres » écrits par Charles de Gaulle ou retraçant sa vie. Recherchant notamment des œuvres atypiques et originales, ce projet de long terme a pour objectif de positionner la bibliothèque du porte-avions comme une référence.
  • Un projet « décoration». Accueillant régulièrement de hautes personnalités civiles et militaires, françaises et étrangères, cet arrêt technique permettra d’améliorer la décoration des carrés autour de la figure mythique du Général. La fondation et le porte-avions vont donc travailler ensemble pour élaborer des panneaux de toile tendue montrant les grands moments navals du Général de Gaulle.
  • Un projet d’échange d’objets commémoratifs. Si le porte-avions est un condensé de technologies capable de porter la voix de la France partout dans le monde, c’est également une France miniature rassemblant des hommes et des femmes venant de tous les horizons. C’est un « système d’hommes » tout autant qu’un « système d’armes ». La cohésion d’ensemble de cet équipage unique, si elle se révèle dans les cœurs à travers l’adhésion aux valeurs portées par le Général, s’exprime aussi via de multiples symboles d’appartenance au premier rang desquels on retrouve toujours la Croix de Lorraine ainsi que la silhouette si caractéristique du bâtiment. Ces marques d’appartenance, que les marins s’approprient au cours de leur affectation, sont constamment retravaillées, déclinées, remodelées sur de multiples supports au gré du temps, des talents des uns et des autres et du contexte opérationnel. A ce titre, le porte-avions est un emblème vivant de la tradition gaullienne. Ce sont ces multiples emblèmes, insignes, écussons et leurs supports que nous proposons de faire découvrir au grand public à travers la Fondation Charles de Gaulle. Réciproquement, les objets développés par la Fondation pourront être présentés à bord du porte-avions.
  • Un projet « conférences et expositions». Ce volet du partenariat se traduira par l’organisation d’un cycle de conférences et d’expositions autour du thème « de Gaulle et la marine ». Ces événements pourront être organisés alternativement à bord et à Paris.

 

La marque du Général, chef militaire, chef d’Etat et père de la dissuasion s’incarne particulièrement bien dans le porte-avions, outil militaire de premier plan, outil politique majeur au service de la Nation et cœur de la Force aéronavale nucléaire. Ses idées, sa volonté et son amour de la France y sont transmises chaque année aux centaines de marins qui reçoivent la fourragère de l’Ordre de la libération. A l’heure où les rangs des compagnons de la Libération et des proches du Général s’éclaircissent, il paraît important de rappeler, par des actions concrètes, que si son œuvre a toute sa place dans les lieux de mémoire, elle reste vivante au travers de ceux qui vivent au quotidien les idéaux et les valeurs qui furent les siennes : la liberté, pour laquelle les marins du porte-avions se battent en opérations, l’égalité, qu’ils vivent au quotidien à bord parce qu’ils sont tous « dans le même bateau » et la fraternité, qu’ils appellent l’esprit d’équipage. « Etre inerte, c’est être battu », devise du porte-avions.

 

X