La Vie de Charles de Gaulle

Sélectionner une frise chonologique :

1890-1914 : Les années de formation

De sa naissance à Lille au déclenchement de la Première Guerre mondiale, le jeune Charles se forme à Paris et en Belgique et fait le choix de la carrière militaire, intégrant Saint-Cyr en 1909. C’est en tant que lieutenant du 33ème régiment d’infanterie d’Arras qu’il débute la guerre.

1914-1918 : La première guerre mondiale

La Grande Guerre est l’occasion pour le lieutenant puis capitaine de Gaulle de s’illustrer aux combats. Blessé tris fois, il est fait prisonnier par les Allemands, lors de la bataille de Verdun en 1916. Il tente de s’évader à cinq repris mais n’est libéré qu’à l’armistice, le 11 novembre 1918.

1919-1939 : Un officier non conformiste

Dans l’entre-deux-guerres, de Gaulle poursuit sa carrière militaire et s’initie aux affaires de l’Etat en intégrant le Secrétariat général du Conseil supérieur de la Défense nationale de 1931 à 1937. A cette date, il se voit confier le commandement du 507e régiment de chars à Metz. Parallèlement, il réfléchit à une réforme de l’armée et publie quatre ouvrage durant l’ensemble de la période.

1939-1945 : La seconde guerre mondiale

Nommé général à titre temporaire le 1er juin 1940, de Gaulle refuse l’armistice et appelle à la résistance et à la poursuite des combats. Il organise la France libre puis combattante et coordonne avec la résistance intérieure la lutte contre l’occupant et Vichy et pour la libération du territoire. Chef du gouvernement provisoire de la République française (GPRF) en 1944, il contribue l’oeuvre de refondation républicaine.  

17/09/1943 : Mise en place de l’Assemblée consultative provisoire d’Alger

17/09/1943 : Mise en place de l’Assemblée consultative provisoire d’Alger

Par ordonnance du Comité français de libération nationale (CFLN), une assemblée consultative provisoire est instituée à Alger. Le 3 novembre, le général de Gaulle prononce un discours à l’occasion de la séance inaugurale de l’Assemblée consultative provisoire au cours duquel il fait un historique de la résistance et développe les thèmes de l’indépendance nationale et de la participation.

1946-1958 : L’opposant de la IVe République

De sa démission du GPRF en janvier 1946 à sa nomination comme président du Conseil de la IVe République, de Gaulle se retire à Colombey-les-deux-Eglises,  expose sa conception de l’Etat et du rôle des partis et finit par être rappelé au pouvoir dans le contexte de la guerre d’Algérie.

1958-1969 : La Ve République

Dernier président du Conseil de la IVe République, de Gaulle devient le premier président de la Ve République qu’il a contribué à créer en intégrant ses vues institutionnelles à la nouvelle Constitution. Durant les onze années d’exercice du pouvoir, il marque de son empreinte tant la politique intérieure qu’extérieure.

27-30/08/1959 : « Tournée des popotes »

27-30/08/1959 : « Tournée des popotes »

Le général de Gaulle effectue une tournée d’inspection des zones d’opérations en Algérie. C’est « la tournée des popotes ». Le 27 août, il se rend à Thierville, Berthelot, Saïda, Mélaab, Tetaenaich et Cassaigne; le 28 août, il se rend à Renault, Karicha, Orléansville, M’Sila, Bechra, Bichera et Zemoura. Le 19 août, il se rend à Tébessa, Ain-Touilla, El-Meritje, Lamy, Milesimo et Tizi-Ouzou. Le 30 août, le général de Gaulle prononce un discours au poste de commandement d’Artois à Tizi-Hibel, puis au col des Chênes, à Telergma et regagne Paris.

14-17/06/1962 : Voyage dans la Haute-Saône, le Jura, le Doubs et le Territoire de Belfort

14-17/06/1962 : Voyage dans la Haute-Saône, le Jura, le Doubs et le Territoire de Belfort

Le 14 juin, il se rend à Luxeuil, Lure, Vesoul (avec allocution). Le 15, il va à Vesoul, Dole et Lons-le-Saulier (allocution). Le 16 juin, il est à Saint-Claude, Pontarlier et Besançon. Le 17 juin, il prononce une allocution à Vesoul et se rend à Montbéliard, Belfort puis rentre à Paris.

19/12/1965 : Charles de Gaulle est élu Président de la République au suffrage universel direct

19/12/1965 : Charles de Gaulle est élu Président de la République au suffrage universel direct

En 1962, soucieux de renforcer la légitimité du Président de la République, De Gaulle obtient par référendum que celui-ci soit élu au suffrage universel direct. En 1965, c’est par ce biais que le général est candidat à sa réélection. Mis en ballottage à la surprise générale par François Mitterrand, candidat de la gauche et des forces antigaullistes, il est réélu au second tour avec 55% des voix.

07/03/1966 : La France se retire des commandements intégrés de l’OTAN

07/03/1966 : La France se retire des commandements intégrés de l’OTAN

La souveraineté en matière militaire constitue une priorité pour le Général, pour qui il est essentiel que la France soit une puissance nucléaire autonome. L’OTAN, à laquelle la France appartient depuis 1949, ne lui laisse de son point de vue qu’une souveraineté limitée. C’est pourquoi, après avoir retiré les forces navales françaises du commandement de l’OTAN à partir de 1959, De Gaulle parachève cette évolution en quittant le Haut commandement intégré de l’OTAN en mars 1966.

05-12/03/1967 : Elections législatives

05-12/03/1967 : Elections législatives

Les formations qui soutiennent le gouvernement obtiennent 244 sièges sur 487, soit une perte de 40 sièges par rapport au précédent scrutin (75 communistes, 3 PSU, 118 fédérés, 42 centristes, 197 UNR-UDT, 43 républicaines-indépendants, 9 non-inscrits).

24/10/1967 : Aménagement du littoral Languedoc-Roussillon

24/10/1967 : Aménagement du littoral Languedoc-Roussillon

Le général de Gaulle visite Saint-Cyprien et les travaux d’aménagement du littoral Languedoc-Roussillon, Leucate et la station de La Grande Motte.

27-28/09/1968 : Voyage à Bonn

27-28/09/1968 : Voyage à Bonn

Le général de Gaulle s’entretient avec le chancelier Kiesinger sur l’intervention des forces soviétiques en Tchécoslovaquie, la défense de l’Allemagne fédérale, les rapports des forces franco-allemandes dans l’Alliance Atlantique et l’entrée éventuelle de la Grande-Bretagne dans le Marché commun.

1969-1970 : De la démission à la mort

Après l’échec du référendum d’avril 1969, de Gaulle démissionne et se retire dans sa demeure de la Boisserie à Colombey-les-deux-Eglise où il poursuit l’écriture de ses Mémoires. Il y meurt le 9 novembre 1970.

1908-1909 : Classe préparatoire à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr au collège Stanislas à Paris

1908-1909 : Classe préparatoire à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr au collège Stanislas à Paris

Imprégné par le souvenir de la guerre de 1870 transmis par ses parents, le jeune Charles choisit d’entrer dans l’armée par vocation. En 1908, il prépare le concours d’entrée à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr au collège Stanislas à Paris. La famille de Gaulle s’installe 3, place Saint-François-Xavier dans le VIIe arrondissement de Paris. Sous le pseudonyme de Charles de Lugale, il écrit une nouvelle intitulée Zalaïna, histoire d’amour entre un officier français et une jeune fille en Nouvelle-Calédonie.