La discorde chez l'ennemi

En cinq études de psychologie politique et militaire, le capitaine de Gaulle brosse, dans son premier ouvrage, un tableau de l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale.

Rédigé durant l'été 1923, ce petit livre ne rencontra qu'un faible écho à sa parution en 1924. Quelques exemplaires seulement en furent vendus, la plupart d'ailleurs achetés par l'ambassade d'Allemagne.

 

 

Synopsis de l'oeuvre

 

Dans le premier chapitre, l'auteur relate quelques désobéissances célèbres de généraux allemands:

 

  • celle du Prince Royal à Koniggraetz lors de la guerre austro-prussienne de 1866,
  • celle du Prince Frédéric-Charles devant Metz le 15 août 1870,
  • et particulièrement celle de von Kluck à la bataille de la Marne en septembre 1914.

 

Si les deux premières ont réussi à leurs auteurs, la dernière entraîne une défaite des armées allemandes. Excluant tout dogmatisme dans la conduite de la guerre, le capitaine conclut qu'à « la guerre, il n'y a pas de système universel, mais seulement des circonstances et des exécutants : ce qui avait réussi contre un Benedek ou un Bazaine, Joffre le fit échouer ».

L'ouvrage s'achève sur une étude portant sur l'écroulement du moral allemand en 1918, effet de la « terrible logique de la guerre ».

 

Bibliographie :

 

  • L’Allemagne et le lieutenant-colonel Charles de Gaulle : La Discorde chez l’ennemi et Vers l’armée de métier vus par les Allemands, par Jacques Binoche, in Revue historique, n°503, 1972

 

Pour approfondir :

 

"La Discorde chez l’ennemi", un premier regard sur l’histoire, par Jean-Paul Bled
Les sources allemandes et autrichiennes de "La Discorde chez l’ennemi", par Beck ALLMAYER et Christophe JOHANN
Étude comparée avec "L’Histoire allemande des XIXe et XXe siècles" de Golo Mann