Dossiers thématiques

Biographies de personnalités


 


CHURCHILL Winston Spencer (1874 - 1965)

Descendant du duc de Malborough, il naît le 30 novembre 1874 au château de Blenheim (Oxfordshire) d'une mère américaine. Militaire, puis correspondant de guerre, il est élu député conservateur en 1900, libéral en 1906, puis occupe divers postes ministériels de 1908 à 1915. Premier Lord de l'Amirauté en 1911, il démissionne en 1915, critiqué par l'échec de l'expédition aux Dardanelles et part se battre dans les tranchées des Flandres. Sa carrière politique entre les deux guerres est chaotique : ses changements d'allégeance le rendent moins crédible, mais il ne cesse d'insister sur la menace que représente l'Allemagne hitlérienne. Le 10 mai 1940, le roi lui demande de succéder à Chamberlain comme Premier ministre. Conduisant un gouvernement d'Union nationale, il mène la lutte contre l'Allemagne nazie jusqu'en juillet 1945, et quitte Downing street après la défaite des conservateurs aux élections. Toujours député, il proteste contre "le rideau de fer" et revient à la tête du gouvernement de 1951 à 1955, reçoit le prix Nobel de littérature et fait chevalier de l'ordre de la Jarretière en 1953. Il meurt le 24 janvier 1965.

 

 

PETAIN Philippe (1856 - 1951)

Né le 24 mai 1856 à Cauchy-la-Tour (Pas-de-Calais), il fait Saint-Cyr et l'Ecole supérieure de Guerre. Général en août 1914, il participe à la bataille de la Marne. Joffre lui confie le commandement de Verdun (février 1916) où la victoire lui vaut d'être nommé chef d'état-major général. Maréchal de France (1918), il prend part à la campagne du Rif. Vice-président du Conseil supérieur de guerre et inspecteur général des armées (1930-1931), il est ministre de la Guerre (après le 6 février 1934), ambassadeur en Espagne (1939). Rappelé par Reynaud, il est vice-président du Conseil le 18 mai 40, chef du gouvernement le 16 juin, et signe l'armistice le 22. Investi des pleins pouvoirs par l'Assemblée nationale (10 juillet), il est chef de l'Etat français et veut imposer la Révolution nationale. Après l'entrevue de Montoire avec Hitler le 24 octobre, il s'engage dans la collaboration. Replié à Sigmaringen fin 44, il rentre en France en avril et comparaît devant la Haute Cour de Justice. Condamné à mort, sa peine est commuée par de Gaulle en détention à perpétuité à l'île d'Yeu où il meurt le 29 juin 1951. Membre de l'Académie française en 1929, il est radié en 1945.

 

 

 

MARIN Jean (1909-1995)

Jean Marin - Yves Morvan, de son vrai nom - naît le 24 février 1909 dans le Finistère, à Douarnenez. Il est officier de marine de 1930 à 1938 et correspondant à Londres de l'agence Havas en 1939. Journaliste lucide et exigeant, il rallie la France libre en 1940 et crée à la BBC l'émission Les Français parlent aux Français. Cette émission quotidienne doit soutenir la population de la France occupée et faire passer des messages personnels aux combattants de la Résistance. Des personnalités, tel René Cassin ou Georges Boris, des écrivains, tel Jacques Maritain ou Georges Bernanos interviennent parfois sur ce programme que précède Honneur et Patrie, l'émission de Maurice Schumann. Jean Marin participe au débarquement de Normandie avec la Force navale française libre, puis à la libération du territoire dans la 2eme DB. Directeur du journal Les Nouvelles du Matin en 1945, il dirige l'agence France-Presse de 1954 à 1975. Commandeur de la Légion d'honneur, il meurt en 1995.

 

 

 

SCHUMANN Maurice (1911 - 1998)
Né à Paris le 11 avril 1911, il est journaliste à l'agence Havas et dans la mouvance démocrate-chrétienne, il collabore à L'Aube et à Temps présent. Rallié au général de Gaulle (1940), il est porte-parole de la France libre ("Les Français parlent aux Français"), puis rejoint le front de Normandie en août 44. Cofondateur du MRP, il en assure la présidence de 1945 à 1949. Elu député du Nord en 1945, régulièrement réélu jusqu'en 1973 (MRP, puis apparenté gaulliste à partir de 1967), il est secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères (1951-1954). Il se rallie à la Ve République, ministre de l'Aménagement du territoire (avril 1962), il quitte le gouvernement avec tous les ministres MRP en mai. Il y revient (ministre d'Etat chargé de la Recherche scientifique et des Questions atomiques et spatiales en 1967, ministre des Affaires sociales en 1968). Européen convaincu, il est ministre des Affaires étrangères de Pompidou (69-73). Rallié au RPR, il est sénateur du Nord depuis 1974. Il est Compagnon de la Libération et membre de l'Académie française. Il meurt le 9 février 1998.
 



SPEARS Edward (1886 - 1974)
Né le 7 août 1886 à Paris, dans une famille bourgeoise, Edward Spears est le chef de la mission militaire britannique en France de 1917 à 1919. Démissionnaire de l'armée, il se fait élire en 1922 député libéral, et en 1931, député conservateur. Officier de liaison entre les gouvernements français et britannique, c'est lui qui amène le général de brigade de Gaulle à Londres, le 17 juin 1940 et devient le représentant du gouvernement britannique auprès de lui. Chef de la mission britannique en Syrie (1941-1942), il devient ministre plénipotentiaire en Syrie et au Liban (1942-1944). Anobli, sir Edward meurt à Londres, le 17 janvier 1974.