Dossiers thématiques

Roger Goetze



Roger GOETZE

Extrait de l'ouvrage Avec de Gaulle (tome 1) de la Fondation Charles de Gaulle, Nouveau-Monde Editions, 2003.

 

Roger Goetze, directeur du commissariat aux finances, était resté à Alger et bataillait contre la diffusion de dollars d’occupation dans l’empire français considéré par nos alliés comme passé sous leur mouvance depuis le débarquement de novembre 1942. Il témoigne de l’écho de la Libération outre-mer et de sa découverte début septembre d’un Paris libéré :


« On ne savait pas quel était le degré de libération : on avait su que Paris était libéré, mais pas plus. La Libération de Paris, quel souvenir quand on l’a vécue justement du balcon du lycée Fromentin ! C’était vraiment un jour extraordinaire. Bref, nous étions tout de même encore là et nous étions partis pour arriver, finalement, tout simplement au Bourget, le seul point d’atterrissage qu’on n’avait pas prévu : on avait envisagé Orléans, Reims, autre chose, mais on ne pensait pas arriver finalement à Paris, étant donné la brièveté du temps écoulé depuis sa libération effective, puisque c’était le 3 ou 4 septembre. L’arrivée à Paris a été extraordinaire, car nous n’avions rien du tout, nous étions au bord de la route, puis il est passé des camions américains qui nous ont embarqués et ça a été le défilé par Aubervilliers et toutes ces villes qui se sont pavoisées, il y avait une espèce de courant qui précédait nos camions et qui entraînait les gens à venir voir ce qui se passait et qui nous ont fait des ovations vraiment inoubliables. Et puis naturellement ils nous ont lâchés place de la Concorde. Et là, qu’est-ce que nous pouvions faire ? Moi j’ai été simplement voir le métro qui fonctionnait et j’ai pris le métro pour aller voir ma mère qui habitait porte de Pantin. C’est comme ça que j’ai pris contact au retour avec Paris. »