Dossiers thématiques

La guerre d'Algérie à travers les allocutions radiotélévisées du Général


 

LA GUERRE D’ALGERIE A TRAVERS

LES ALLOCUTIONS RADIOTELEVISEES DU GENERAL DE GAULLE
(Juin 1958 / Décembre  1962)

 

Tiré de l'ouvrage de Aude VASSALLO, La télévision sous de Gaulle. Le contrôle gouvernemental de l'information. 1958/1969, INA-De Boeck, 2005

 

 

 

THÈMES DÉVELOPPÉS

REPÈRES CHRONOLOGIQUES

1958

27 juin

 

En attendant l’installation de la Vème République, De Gaulle pratique le discours de l’ambiguïté : « L’Algérie ! Les conditions de son avenir, la France veut les fixer avec les Algériens eux-mêmes »

4 juin : De Gaulle à Alger : « Je vous ai compris »

 

28 septembre : Référendum sur la Constitution de la Ve République

 

3 octobre : Annonce du Plan de Constantine

 

23 octobre : Discours de la « paix des braves »

 

21 décembre : De Gaulle élu président de la République

1er août

Annonce d’importants crédits supplémentaires pour l’Algérie : ce sont les prémices au Plan de Constantine

26

septembre

A deux jours du référendum sur le changement de constitution, le Général évoque « les Algériennes et les Algériens des diverses communautés [qui]  prendront part (…) à la grande consultation. »

1959

30 janvier

 

 

L’allocution présage des évolutions futures, tout en persistant dans l’ambiguïté : «Rien n’est absurde autant que d’afficher l’intransigeance et la guerre ou, au contraire, de livrer au renoncement et à l’abandon. (…) Il faudra bien en finir. Alors ? Pourquoi pas tout de suite (…) ? »

29 avril : « L’Algérie de papa est morte » dit de Gaulle aux député et directeur de l’Écho d’Oran, M. Laffont.

 

27/31 août : Inspection militaire du  général de Gaulle en Algérie.

 

19/21 septembre : Constitution du Rassemblement pour l’Algérie française. (R.A.F.)

16 septembre

Annonce de l’autodétermination vers trois solutions (francisation, autonomie, indépendance). La voie qui mène à l’indépendance est désormais empruntée : « (…) la route est tracée, la décision est prise. »

1960

29 janvier

 

 

Alors que la « semaine des barricades » sévit à Alger, le Général prend la parole, en uniforme, contre ce  « mauvais coup qui est ainsi porté à la France » . Il tente d’apaiser toutes inquiétudes sur les préalables à l’autodétermination. L’insurrection algéroise prend fin 2 jours plus tard.

19 janvier : Massu est relevé de ses fonctions.

 

24 janvier / 1er février : Semaine des barricades à Alger

 

3 / 5 mars : « tournée des popotes »  du général De Gaulle en Algérie

 

25 / 29 juin : pourparlers de Melun avec des représentants du F.L.N. (échec).

 

9 / 13 décembre : Voyage du Général en Algérie marqué par de graves incidents entre Européens et Musulmans

14 juin

Réaffirmation de l’autodétermination, appel à la concorde aux dirigeants de la rébellion,  « pour trouver avec eux une fin honorable aux combats ». En réponse, le G.P.R.A. envoie ses représentants pour discuter de  l’éventualité d’un voyage de Ferhat Abbas en France. Ces pourparlers - de Melun - se concluaient sur un échec.

4 novembre

La perspective de l’indépendance algérienne est pour la première fois reconnue ouvertement : « l’Algérie algérienne ». De Gaulle évoque « un chemin nouveau »

20 décembre

À moins d’un mois du référendum sur l’autodétermination, le Général appelle au « Oui franc et massif  (…)  À moi-même dont la tâche est lourde, quel soutient il apportera ».

31 décembre

À une semaine du référendum, le chef de l’État réitère son appel à un « Oui franc et massif ».

 

1961

6 janvier

 

 

Une troisième fois, à J moins 2 du référendum, le Général réaffirme l’idée d’une « Algérie algérienne » et lance un ultime appel au « Oui franc et massif »

8 janvier : Le référendum sur l’autodétermination est sanctionné par près de 75% de « Oui ».

 

Février : création de l’O.A.S.

 

30 mars : Annonce des négociations entre la France et le F.L.N.

 

22 / 25 avril : Putsch des généraux à Alger

 

20 mai : Ouverture des négociations d’Evian

 

17 juin : Suspension des négociations

 

17 octobre : Répression policière  sanglante de la manifestation des Algériens de Paris

 

6 décembre : Journée anti-O.A.S. en France

23 avril

Alors qu’il vient de s’emparer des pouvoirs spéciaux prévus par l’article 16 de la Constitution, le général de Gaulle, vêtu de son uniforme prend la parole face au « quarteron de généraux à la retraite ». Il mobilise la population pour contrer toute tentative insurrectionnelle : « Françaises, Français ! Aidez-moi ! ». Cette allocution déjoua le putsch des généraux.

8 mai

De Gaulle annonce les premières « rencontres d’Evian ». « Il nous faut, oui, il nous faut ! régler l’affaire algérienne »

12 juillet

Le Général réaffirme ses positions politiques quant à l’Algérie.

2 octobre

 

Après la suspension des négociations d’Evian, le président effectue un bilan des trois dernières années écoulées et évoque les issues possibles : « A  présent, on peut construire. Nous sommes prêts à rechercher encore un accord avec les dirigeants de la rébellion ».

29 décembre

Le général de Gaulle évoque un « État algérien souverain et indépendant » : « En Algérie, la France entend que se terminent, d’une manière ou d’une autre, les conditions actuelles de l’engagement politique, économique, financier, administratif et militaire qui la tient liée à ce pays »

1962

5 février

 

 

La situation est tendue, l’O.A.S. fait rage : « la route n’est pas facile ».  Pourtant, Charles de Gaulle, sous la forme d’une métaphore maritime, tente de rassurer la population : « Cette transformation implique d’inévitables remous. En secouant le navire, ceux-ci peuvent donner le mal de mer à des cœurs mal accrochés. Mais (…), il n’y a pas de risque de naufrage.». Il veut, dit-il, « réaliser la paix », dans un « moindre délai »

7 / 18 mars : Deuxième conférence et signature des accords d’Evian

 

19 mars : Proclamation officielle du cessez-le-feu annoncé la veille par le Général, à la télévision

 

23 mars : Bataille de Bab-el-Oued

 

26 mars : Fusillade de la rue d’Isly

 

29 mars : Mise en place de l’exécutif provisoire pour l’Algérie

 

8 avril : Référendum en métropole sur les accords d’Evian (65% de « Oui »)

 

13 avril : le général Jouhaud est condamné à mort

 

17 juin : Conclusion des accords Susini-Farès à Alger

 

1er juillet : Référendum sur l’autodétermination

 

3 juillet : Proclamation de l’indépendance

 

15 septembre : Ben Bella est élu président de la République algérienne.

18 mars

Le Général annonce les résultats des négociations engagées à Évian, proclame le cessez-le-feu, et informe de l’organisation d’un prochain référendum : « il faut maintenant que s’expriment très haut, l’approbation et la confiance nationale. (…) Je compte donc bien vous le demander »

26 mars

Le référendum est fixé au 8 avril. Le général de Gaulle, comme à son habitude, lance un appel à la population : « Il va peser lourd le « Oui » ! que je demande à chacune et à chacun de vous ! »

6 avril

A deux jours du référendum, le président rappelle l’enjeu « de la très grave question algérienne [qui] sera tranchée »

8 juin

Le Général effectue un bilan du chemin parcouru depuis 1958 : « Dans 23 jours, pour la France, le problème algérien sera résolu au fond. »

20 septembre

Pour évoquer l’Algérie, Charles de Gaulle utilise désormais les temps du passé : «  ce qu’il y avait d’absurde et de ruineux dans le conflit algérien (…) démontrait la nécessité de changer en coopération de pays indépendants, les rapports qui liaient la France avec ses colonies. »

4 octobre

L’épisode de l’Algérie Française intègre désormais l’histoire et le président de la République évoque l’Algérie accédant, à son tour, à la « coopération (…) établie entre la France et ses anciennes colonies »

31 décembre

Pour ses vœux au peuple français, le Général fait, une dernière fois et d’une manière très succincte, le bilan de la guerre d’Algérie : «  Ayant réglé, au fond, l’affaire algérienne, nous sommes maintenant en paix partout (…) ». Il évoque les possibilités d’avenir et de coopération avec la France, pour l’Algérie, pays désormais indépendant.

D’après : Charles de Gaulle, Discours et messages, Avec le renouveau, 1958/ 1962, Tome 3,  Pour l’effort, 1962 / 1965, Tome 4, Paris, Plon, 1970

 

 

 

Allocution du 16 septembre 1959 : annonce de l'Autodétermination

 

 

Allocution radio-télévisée prononcée au palais de l''Elysée le 16 septembre 1959

 

 

 

Allocution du 23 avril 1961 : Le "quarteron de généraux en retraite"

 

 

Discours du 23 avril 1961

 

 

 

Allocution du 6 avril 1962 : à deux jours du référendum sur les accords d'Évian, de Gaulle réitère son appel au oui

 

Allocution du 6 avril 1962