Dossiers thématiques

Chronologie des relations franco-américaines - 1940/1969


Légende des sources citées :

D.M. = Charles de Gaulle, Discours et Messages (Plon)
M.G. = Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre (Plon)
M.E. = Charles de Gaulle, Mémoires d’Espoir (Plon)
A.P. =

 

1940

18 juin À Londres : "Elle (la France) peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites, l'immense industrie des États-Unis "
(D.M. T.1 p. 3)
22 juin "Il nous reste les gigantesques possibilités de l'industrie américaine"
(D.M. T.1 p.6)
"Nul ne peut prévoir si les peuples qui sont neutres aujourd'hui le resteront demain et si les Alliés de l'Allemagne resteront toujours ses alliés"
(D.M. T.1 p.6)

 
 24 juin  "Elle (la France) perçoit dans le nouveau monde mille forces immenses, matérielles et morales qui, peut-être, se lèveront un jour pour écraser les ennemis de la liberté"
(D.M. T.1. p.8)
 26 juin  Réponse au Maréchal Pétain après que celui-ci se fut efforcé, le 23 juin, de justifier la capitulation.
"Vous avez considéré comme dérisoire l'effort que fournit et que fournira notre allié, l'Empire britannique"
"Vous avez renoncé d'avance aux ressources offertes par l'immense Amérique"
(M. G. T.1 p.9)
"Un jour viendra où nos armes, reforgées au loin, mais bien aiguisées se joignant à celles qui se feront nos alliés, et peut-être à d'autres encore, reviendront triomphantes sur le sol national"
(D.M. T.1 p.10)
 15 juillet  "Le monde comprend une Afrique, une Asie, une Amérique pleines d'immenses possibilités"
(D.M. T.1 p.16)
"Rien n'est perdu parce que cette guerre est une guerre mondiale. Dans l'univers libre, des forces immenses n'ont pas encore donné."
(D.M. T.1 p. 19)
 
 1er août  aucun homme de bon sens ne tient pour possible la victoire de la liberté sans le concours du continent américain" - Adresse aux Canadiens français.
(D.M. T.1 p.21)
 12 août  "On s'aperçoit que l'Amérique a entrepris, pour aider les Alliés, d'immenses fabrications d'armement"
(D.M. T.1 p.25)
 
 22 août  "Je dis, parce que je le sais, qu'un irrésistible courant entraîne le Nouveau Monde au secours de la liberté"
(D.M. T.1 p.29)

1941

7 décembre L'aviation japonaise attaque la base américaine de Pearl Harbor.
Le Japon déclare la guerre aux États-Unis
 
8 décembre La France Libre déclare la guerre au Japon
 
 15 décembre  Discours à la radio de Londres, affirmant la certitude de la victoire des Alliés et déclare notamment :
"Il nous paraît évident, à nous, que l'entrée dans la guerre ce notre alliée l'Amérique, aux côtés de l'Angleterre, de la Russie et de la France, équivaut, tout simplement à la certitude de vaincre".
(D.M. T.1 p.149)
 

1942

1er janvier À Washington, la déclaration des Nations-Unies est signée par 25 États. La France y adhère le lendemain 2 janvier.
14 janvier Il rejette la proposition américaine tendant à placer Saint-Pierre et Miquelon sous administration alliée.
 
 1er avril  Discours, à Londres, au cours du déjeuner du "National Defense Public Interest Committee" où il met en garde les Alliés contre la méfiance à l'égard de la France Combattante que manifeste Washington.
(D.M. T.1 p.177-181)
 21 mai  Entretien à Londres avec M. WINANT, Ambassadeur des États unis en Grande-Bretagne sur la situation politique en Allemagne, la campagne de Russie et l'ouverture d'un second front en France.
 
 27 mai  Conférence de presse où il s'élève contre l'attitude des Américains qui ont signé une convention avec l'Amiral Robert, Haut Commissaire de Vichy à la Martinique. Il revendique pour la France Combattante la véritable représentativité de la France et répond aux questions posées concernant les futures institutions de notre pays libéré.
(D.M. T.1 p.190-194)
 
 10 juin  Entretien à Londres avec M. Churchill sur Madagascar, la politique américaine à l'égard de Vichy, et la Résistance française.
 
 29 juin  Entretien à Londres avec M. Anthony Eden sur la collaboration France-Libre -États-Unis, la situation en Égypte et à Madagascar»
 
 30 juin  Après sa mise à l'écart, par les Alliés, de la préparation et de la conduite des opérations militaires et à propos de l'unité de la résistance française de l'intérieur et de l'extérieur sous son autorité, entretien à Londres avec M. WINANT, Ambassadeur des États unis en Grande-Bretagne.
 
 8 juillet  Discours, en anglais, à la radio de Londres, et diffusé aux États-Unis à l'occasion de l'ouverture de "La semaine de la France Libre".
(D.M. T.1 P 211-212)
 
 9 juillet  Reconnaissance du "Comité National Français" comme "symbole de la résistance française à l'Axe", par les États-Unis.
 
23 juillet Entretien à Londres avec les chefs de l'armée et de la marine américaine sur les effectifs de la France Combattante et l'ouverture d'un second front.
 
7 août Entretien au Caire avec le Maréchal Smuts, Premier ministre de l'Union Sud-Africaine sur les difficultés crées à la France Combattante par la politique américaine à l'égard de Vichy et du Comité National.
 28 août  Discours prononcé à Beyrouth au Cercle de l'Union française pour renforcer la cohésion de la France Combattante face à certaines manoeuvres des Alliés et affirmer que c'est à la France seule "d'organiser" l'indépendance de la Syrie et du Liban.
(D.M. T.1 p.215-221)
 
 10 septembre  Entretien à Beyrouth avec M. Wendel Wilkie, envoyé du Président des États unis, sur l'ingérence britannique au Levant.
 
 21 septembre  Discours à la radio de Brazzaville pour exhorter les Français à maintenir, face aux manoeuvres des Alliés l'unité nationale et l'intégrité de l'Empire.
(D.M. T.1 p. 225)
 
 8 novembre  Discours à la radio de Londres adjurant les forces françaises de ne pas s'opposer au débarquement allié
Entretien à Londres avec M. Churchill qui l'informe que les Américains ont exigé que les Français Libres soient exclus de l'opération alliée en A.F.N.
( D.M. T.1 p.233-240)
 11 novembre  Discours prononcé à l'Albert Hall de Londres où il s'élève contre les négociations entamées à Alger, par les Américains avec l'Amiral Darlan, ministre de la Défense nationale du gouvernement de Vichy.
(D.M. T.1 p. 233-240)
 
 12 novembre  Entretien avec l'Amiral Stark représentant du gouvernement des États-Unis, sur la situation en A.F.N.
(D.M. T.1 p. 241)
16 novembre Déclaration officielle du Général de Gaulle et du Comité National Français condamnant l'accord conclu par les Anglo-saxons avec l'Amiral Darlan. Entretien à Londres avec MM. Churchill et Eden sur la situation ainsi créée en A.F.N.
(D.M. T.1 p. 241)
21 novembre Discours radiodiffusé par Radio Brazzaville et Radio Beyrouth, faute de pouvoir utiliser librement la radio de Londres. Il s'indigne contre l'ambiguïté de la situation nouvellement créée en A.F.N. par les Alliés.
(D.M. T.1 p. 242)
24 novembre Entretien à Londres avec M. Churchill sur la situation en A.F.N, une allocution de l'Amiral Darlan, le retard mis par la B.B.C. à diffuser son dernier discours et un projet de voyage aux États-Unis.
26 novembre ntretien à Londres avec l'Amiral Stark, représentant du gouvernement des U.S.A., sur les buts, les méthodes de guerre et de l'évolution politique française. Sabordage de la flotte française à Toulon.
 4 décembre  Entretien avec M. Maisky, Ambassadeur de l'U.R.S.S. en Grande-Bretagne, sur la politique américaine et britannique en A.F.N.
 7 décembre  Discours diffusé par radio Beyrouth et radio Brazzaville suite à l'interdiction qui lui a été faite d'utiliser la radio de Londres. Il s'élève à nouveau violemment contre l'autorité usurpée de l'Amiral Darlan, et des généraux Giraud, Noguès et Bergeret, et installée à Alger avec l'accord des Alliés.
(D.M. T.1 p. 245)
 
20 décembre Il est invité à Washington par le Président Roosevelt qui met son avion personnel à sa disposition
 27 décembre  Après la mort de l'Amiral Darlan (assassiné le 24.12.42) Roosevelt revient, au dernier moment, sur son invitation du 20 décembre.
 

1943

22 janvier Invité par M. Churchill et le Président Franklin Roosevelt à participer à la Conférence interalliée d'Anfa, il se rend au Maroc. Il y rencontre le Général Giraud et préservera son indépendance vis-à-vis des plans du Premier ministre britannique et du Président des États-Unis.
 
11 mars Entretien à Londres avec l'Amiral Stark, représentant à Londres du gouvernement des U.S.A. sur les ralliements de marins aux Etats-Unis.
 23 mars  Entretien à Londres avec Mgr Spellman, archevêque de New-York, chargé par le Président Roosevelt de lui remettre un message sur l'union de la France Combattante avec le Général Giraud.
 
 27 mars  À l'occasion du 14e anniversaire de la mort du Maréchal Foch, message adressé aux États-Unis.
(D.M. T.1 p.277) •
 6 avril  Entretiens à Londres avec MM. EDEN et WINANT, Ambassadeur des États unis en Grande-Bretagne, qui le pressent à nouveau de soumettre la France Combattante à l'autorité du Général Giraud.
 
 27 avril  Le Général Giraud lui écrit qu'il renonce désormais à l'autorité suprême en A.F.N.
 3 juin  Le C.F.L.N. est constitué à Alger. Il en est coprésident avec le Général Giraud.
 19 juin  Entretien à Alger avec le Général Dwight Eisenhower, Commandant en chef des forces anglo-américaines, en présence du Général Giraud, concernant le maintien intégral des attributions de ce dernier.
 
 10 juillet  Une armée anglaise et une armée américaine débarquent en Sicile. Les troupes françaises ont été tenues à l'écart des opérations.
 26 août  Les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Union Soviétique reconnaissent, en termes nuancés, le C.F.L.N.
 
 26 esptembre  Il signe avec le Général Giraud un mémorandum adressé au Président Roosevelt, à M. Churchill et au Maréchal Staline sur l'utilisation des forces françaises à l'intérieur de la coalition.
 28 novembre  Conférence de Téhéran au cours de laquelle le préside Roosevelt, MM. Churchill et Staline définiront les grandes lignes de leur politique.
 16 - 17 décembre  Entretien à Alger avec M. Edwin Wilson, Ambassadeur des États-Unis et M. Harold MacMillan, ministre britannique délégué auprès de l'état-major allié en A.F.N. à propos des refus opposés par le Général Eisenhower à l'emploi, en Italie, de la division du Général Brosset.
 30 décembre  Entretien avec le Général Eisenhower, à la Villa des Glycines, à propos de l'utilisation des troupes françaises pendant la future bataille de France.

1944

17 janvier Entretien à Alger avec le Général Wilson, Commandant en chef des forces alliées en Méditerranée sur l'organisation du commandement allié, l'état des forces françaises et leur équipement.
 
8 mars Entretien à Alger avec l'Air Marshall Slessor sur les problèmes d'administration militaire lors du débarquement en France.
 
 15 amrs  Entretien avec le Général Wilson sur envoi de renfort en Italie et la participation des Forces françaises à la Libération de la France.
 
14 - 17 avril  Au sujet de son prochain voyage, à Washington, il s'entretient avec M. Duff Cooper, Ambassadeur de Grande-Bretagne.
 4 au 5 juin  Il rend visite au Général Eisenhower qui lui communique le texte d'une proclamation destinée au peuple français. Il la juge inacceptable.
 
 10 juin  Entretien à Londres avec le Général Walker BedelSmith, chef d'état-major d'Eisenhower, qui le presse de se rendre à Washington pour y rencontrer le Président Roosevelt. L'entretien porte en outre sur la reconnaissance du gouvernement provisoire de la République française et la monnaie émise par les Alliés.
Ce même jour, il rend publique sa position sur son différend avec les Alliés.
 
 15 juin  De retour en Angleterre - après son bref débarquement à Courseulles et Bayeux en Normandie M. Eden qu'il reçoit, lui annonce que le Président Roosevelt n'attend plus que son voyage à Washington pour réviser sa position à l'égard du G.P.R.F.
 
 26 juin  Discours devant l'Assemblée consultative où, à la suite des décisions unilatérales des Anglo-saxons en France libérée, il insiste sur la nécessité du "respect intégral de la souveraineté française".
(D.M. T.1. p. 411-414)
 
 5 - 12 juillet  Il se rend aux États-Unis et au Canada
 6 - 8 juillet  À Washington, s'entretient à plusieurs reprises avec le Président Roosevelt qui lui annonce notamment le rôle prédominant que les États-Unis comptent jouer dans l'organisation du monde de l'après-guerre.
 10 juillet  Conférence de presse à Washington dont les principaux thèmes sont :
- la politique de la France à l'égard des territoires d'Outre-Mer,
- l'unité de la Résistance,
- les rapports entre la France et les Alliés,
- l'occupation de l'Allemagne.
Il se rend à New-York où il est reçu par le maire, M. La Guardia.
 
 11-12 juillet  Il se rend à Québec puis à Montréal.
 15 août  Débarquement des troupes alliées sur la côte varoise.
 
 20 août  Il arrive en France sur l'aérodrome de Maupertuis. Il rencontre le Général Eisenhower.
21 août Il adresse une lettre au Général Eisenhower pour lui demander une intervention militaire immédiate ayant pour objectif Paris.
 
 
6 esptembre Il demande au Général Eisenhower que les troupes françaises participent à l'invasion de l'Allemagne.
 
13 septembre Le Général Eisenhower l'informe de l'utilisation qu'il compte faire des troupes françaises sur le front de l'Est.
 
 
23 octobre Le G.P.R.F. qu'il préside est reconnu par les États unis et par l'Angleterre et l'U.R.S.S.
30 octobre Il adresse une invitation à M. Churchill et au président Roosevelt.
3 janvier Entretien avec M. Churchill et le Général Eisenhower sur la défense de l'Allemagne.
   
   

1945

15 janvier Le G.P.R.F. adresse aux gouvernements américain, britannique et russe un mémorandum où il déplore la mise à l'écart de la France des conférences internationales.
27 janvier Entretien avec M. Harry Hopkins, envoyé spécial du Président Roosevelt, à propos du malaise entre Paris et Washington.
 
 4 février Ouverture de la conférence de Yalta à laquelle la France n'a pas été invitée.
 11 février  Fin de cette conférence qui consomme le partage du monde en zones d'influence.
 
 13 février  Il décline l'invitation du Président Roosevelt de le rencontrer à Alger.
 20 février  Dans un communiqué, il fait connaître les raisons pour lesquelles il a décliné l'invitation du Président Roosevelt de se rendre à Alger.
 
 1er mai  Dans une lettre il donne son opinion au Général Eisenhower sur l'utilisation des troupes françaises en Allemagne et les zones d'occupation qui doivent leur être attribuées.
 
 29 mai  Il invite le Président Truman à se rendre en France au cas où celui-ci déciderait de visiter l'Europe.
 7 juin  Il adresse un message au Président Truman pour protester contre la présence de troupes américaines dans une région frontalière de l'Italie conquise par les troupes françaises (et contre la politique britannique en Syrie).
 
 5 juillet  Il accepte l'invitation du Président Truman à se rendre aux États-Unis,
 17 juillet  Ouverture de la Conférence de Potsdam qui s'achèvera le 2 août et à laquelle participent MM. Churchill, puis Attlee, le Président Truman et le Maréchal Staline.
 
 
 6 août  Explosion à Hiroshima de la 1re bombe atomique.
 
21-30 août Voyage aux États-Unis et au Canada
 
22 août Arrivée à Washington. Il s'entretient à deux reprises avec le Président Truman
 
24 août Entretien avec le Président Truman
Conférence de presse à l'Ambassade de France à Washington sur :
- les rapports franco-américains
- l'assistance économique des États-Unis
- l'avenir des colonies françaises et l'occupation du territoire allemand.
 
25 août Entretien avec le Président Truman
26 août Il se rend à New-York
27 août Chicago et Ottawa
29 août Entretien avec le premier ministre du Canada.
M. Mac Kenzie King
 
30 août Il rentre en France.

1948

17 novembre Au cours de sa conférence de presse de ce jour, entre autres sujets : son opposition à la politique des Anglo-saxons en Allemagne.
(D.M. T.2 p. 228-231 )
 

1949

4 avril Déclaration où, à propos de la signature du Pacte atlantique ce même jour à Washington, il insiste sur la nécessité pour les puissances signataires de pouvoir "assumer en commun cette défense elles-mêmes d'une manière claire et effective"
 

1950

16 marss L'un des thèmes principaux de sa conférence de presse à cette date : la valeur défensive du Pacte atlantique (les réserves formulées par le Général de Gaulle : D.M. T.2 p. 354-357)
 

1951

7 janvier Discours de Nîmes (passage sur la part des U.S.A. dans la défense commune du Monde Libre.
(D.M. T.2 p. 402 et 403) / Voir aussi conférence de presse du 22.6.1951 (D.M. T.2 p. 443 et 449) / Voir enfin conférence de presse du 21.12.1951 (D.M. T.2 p. 490 et 491)
 

1952

10 mars Conférence de presse au Palais d'Orsay - l'un des thèmes le Pacte atlantique.
(D.M. T. 2 p. 510-511)
 
6 juin Déclaration dans laquelle il s'élève contre le traité de Communauté Européenne de Défense (C.E.D.) "qui place les armées européennes sous l'autorité des Américains".
(D.M. T.2 p. 523-526)
 

1953

12 novembre Conférence de presse : 3e thème : les pressions américaines sur le gouvernement français pour qu'il rectifie le traité de la C.E.D.
(D.M. T.2 p. 587 en particulier : p. 594 à 596)
 
 

1955

30 juin Conférence de presse
(D.M. T.2 surtout p. 643 et 645)

1958

1er juin Le Général de Gaulle est Président du Conseil
5 juillet Entretien à l'Hôtel Matignon, avec M. John Foster Dulles, Secrétaire d'État des États-Unis. Il accepte à cette occasion de se rendre aux États-Unis sur l'invitation du Président Eisenhower.
 
 17 septembre  Il adresse un mémorandum au Président Eisenhower (et à M. Harold MacMillan, premier ministre de Grande-Bretagne) sur les modifications à apporter au fonctionnement de l'O.T.A.N.
 
 
 7 novembre  Dans une déclaration M. Foster Duller repousse les propositions du Général de Gaulle pour la réorganisation de l'O.T.A.N.
 
 
 15 décembre  Entretien avec M. Foster Dulles qui désire connaître à propos de l'O.T.A.N., le sens de l'expression employée par le Général de Gaulle "décisions conjointes (thèse de Maurice Ferro, "La doctrine du Général de Gaulle d'indépendance nationale et les rapports franco-américains" Paris, Avril 1973 - p. 281)
A.P. 58, p.668
 21 décembre  Il est élu Président de la République

1959

6 février Il reçoit à l'Élysée M. Foster Dulles, Secrétaire d'État américain qui effectue un voyage en Europe
(A.P. 59, p. 320)
 
7 mars Les forces françaises navales de la Méditerranée sont soustraites au commandement de l'O.T.A.N.
(A.P. 59, p.348)
 25 mars  Conférence de presse à l'Élysée. Précise sa pensée sur sa décision concernant l'O.T.A.N.
(D.M. T.3 p. 92 et 93) (A.P. p.59 p. 34 8)
 
 28 avril  Entretien à l'Élysée avec M. Herter, Secrétaire d'État des États-Unis
(A.P. 59, p.679)
 
 2-4 septembre  Visite officielle à la France du Président Eisenhower.
 
 2 septembre  Entretien à l'Élysée
(A.P. 59, p. 481 et 482) (D.M. T.3 p. 114 et 116)
 
 3 septembre  Nouvel entretien à Rambouillet et publication d'un communiqué.
 19 au 21 décembre  Il réunit à Paris une conférence occidentale au sommet à laquelle participent le Général Eisenhower Président des États-Unis, MM. MacMillan et Adenauer, Chancelier de la République fédérale d'Allemagne.
Thèmes débattus : projet de conférence au sommet avec participation de l'U.R.S.S., le problème de Berlin, le désarmement et l'aide aux pays en voie de développement.
(A.P. 59, p. 565-567)
 19 décembre  Réunion restreinte (Président Eisenhower, Chancelier Adenauer, M. MacMillan)
Entretien à l'Élysée avec le Président Eisenhower
Réunion plénière à l'Élysée
 
 20 décembre  Entretien à Rambouillet avec le Président Eisenhower (et M. MacMillan)
 21 décembre  Dernière réunion plénière à l'Élysée.

1960

18-29 avril Voyage au Canada, aux États-Unis
(A.P. 60, p. 448 et 449)
18-19 avril Ottawa
 20 avril  Québec
 21 avril  Montréal
 22 avril  Washington accueilli par le Président Eisenhower
Premier entretien sur la politique internationale
(D.M. T.3 p.187-207)
 23 avril  Conférence de presse. Thèmes :
. Affaire de Berlin
. Conférence au sommet et relations Est-Ouest
. Alliance franco-soviétique
. Le Marché commun
Reçu à l'hôtel Mayflower par M. Nixon, Vice-Président des USA.
 
 24 avril  Entretien avec le Président Eisenhower à Gettysburg
 25 avril  Reçu au Capitole par le Congrès des États-Unis Discours sur les relations Est-Ouest, problème allemand, contrôle des moyens de lancement des armes atomiques et des bases nucléaires, aide aux pays sous-développés.
Il reçoit à l'Ambassade de France le Président des Etats-Unis.
 
 26 avril  Nouvel entretien avec le Président Eisenhower à la Maison Blanche. Départ pour New-York où il est reçu à l'hôtel Astor par M. Wagner, maire de New-York.
Accorde audience à M. Rockfeller, gouverneur de l'Etat et de New-York et à M. Hammarkjoeld, Secrétaire général de l'O.N.U.
 27 avril  San Francisco. Accueilli par le maire, M.Christopher.
 28 avril  Arrivée à la Nouvelle-Orléans, accueilli par M. de Lesseps S, Norrison, maire de la ville.
 29 avril  Allocution à l'Hôtel de Ville de la Nouvelle-Orléans. Invité à déjeuner à l'hôtel Roosevelt par le maire et le Comité de réception de la Nouvelle-Orléans.
 
15-17 mai La conférence au sommet (M. Khrouchtchev, le Président Eisenhower, M. MacMillan, le Chancelier Adenauer et le Général de Gaulle)
(A.P. 60, p. 469 - 473)
 
15 mai Entretiens successifs et séparés du Général de Gaulle avec chacun des partenaires.
(A.P. 60, p. 470)
 
16 mai Dès l'ouverture, M. Khrouchtchev s'en prend en termes violents aux États-Unis à propos de l'affaire de l'avion d'observation U2 abattu le 1er mai au-dessus du territoire de l'Union Soviétique
(A.P. 60, p. 471 )
 
 
17 mai Après le refus américain de présenter des excuses à l'Union Soviétique, M. Khrouchtchev quitte la conférence
(A.P. 60, p. 472)
Le Général de Gaulle réunit les trois Occidentaux au Palais de l'Élysée.
Publication d'un communiqué commun constatant que la conférence se sépare sans avoir pu commencer,
 
18 mai Le Général de Gaulle s'entretient successivement à l'Élysée avec MM. Khrouchtchev, Eisenhower, Adenauer et MacMillan.
 
6 juillet Il écrit au Président Eisenhower pour lui recommander la plus grande fermeté au sujet du problème de Berlin.
 
 
5 septembre Conférence de presse, parmi les principaux thèmes : l'Alliance atlantique .(A.P. 60 p. 547-548)
DM T 3 P 247 à 249
9 octobre Dans un communiqué, il se félicite du souhait du Président Eisenhower de rencontrer M. Khrouchtchev.
 
22 novembre Entretien à l'Élysée accordé à M. Lyndon Johnson qui vient d'être élu Vice- résident des États-Unis d'Amérique et qui doit entrer en fonction le 1er janvier 1961.
(A.P. 60, p. 578)
 

1961

9 février Entretien à l'Élysée avec le Chancelier Adenauer au sujet des rapports de l'Europe et des États-Unis au sein de l'Organisation Atlantique.
(A.P. 61 , p. 386)
11 février Nomination du général James Gavin comme Ambassadeur des États-Unis en France.
 
 4 mars  Entretien avec Pl. Harriman, Ambassadeur itinérant du Président Kennedy, qui a pour mission d'assurer les gouvernements européens de la volonté américaine de défendre l'Europe.
 21 mars  Présentation de ses lettres de créance.
 11 avril  Conférence de presse au sujet de l'Alliance atlantique
(D.M. T.3 p. 299) (A.P. 61, p. 226-227)
 
 20 avril  Entretien à l'Élysée avec M. Dean Acheson, Conseiller du Président Kennedy.
 22 avril  Tentative de putsch à Alger,
Le Président Kennedy l'assure de son soutien sous quelque forme que ce soit.
 4 mai  Publication de la lettre du Général Eisenhower consacrée aux questions internationales.
 31 Mai-2 juin  Voyage officiel en France de M. John Kennedy, Président des États-Unis
( A.P. 61, p. 435) (D.M. T. 3 p. 319)
Au cours de ces trois journées, il s'entretient, principalement à l'Élysée avec le Président Kennedy du problème de Berlin et des questions européennes.
 2 juin  Publication d'un communiqué franco-américain sur les entretiens de Gaulle - Kennedy.
(A.P. 61 , p. 426)
 8 août  Entretien à l'Élysée avec M. Dean Rusk, Secrétaire d'État américain sur les problèmes internationaux.
 
15 mai  Conférence de presse. L'un des sujets : position de la France à l'égard de l'Alliance atlantique.
(D.M. T.3 p. 412 - 413) (A.P. 62, p. 467-470)
19 juin Entretien à l'Élysée avec M. Dean Rusk, Secrétaire d'État américain.
8 août Il reçoit le général et Mme Eisenhower en voyage privé à Paris.
21 octobre Il reçoit M. Dean Acheson, envoyé spécial du Président Kennedy venu l'entretenir du problème posé par la présence de missiles soviétiques dans l'île de Cuba.
22-28 octobre Crise de Cuba. Il recommande la fermeté au Président Kennedy et lui apporte son soutien.
 
12 décembre Entretien à l'Élysée avec M. Dean Rusk.
20 décembre Entretien à l'Élysée avec le Général Norstad, Commandant suprême en Europe des forces atlantiques qui, étant en désaccord avec le gouvernement américain à l'égard de l'armement nucléaire de l'Europe, quitte son poste.
21 décembre Remise au Général de Gaulle, à l'Élysée, par le chargé d'Affaires américain à Paris, M. Cécil Lyon, d'une lettre du Président Kennedy proposant au Président de la République française la création d'une force nucléaire multilatérale. Le Général maintenait sa doctrine sur l'indépendance d'action de chaque pays, tout en acceptant de coopérer à une défense commune.
(A.P. 62, p. 610)

1963

4 janvier Le Général de Gaulle reçoit l'Ambassadeur des États unis, M. Bohlen, retour des Bahamas, durant quarante minutes. A sa sortie, l'Ambassadeur se borne à dire que la conversation avait porté "sur la livraison de fusées Polaris".
(A.P. 63, p. 221)
11 janvier Le représentant du Président Kennedy, M. George Ball, adjoint au Secrétaire d'État - après avoir rencontré M. Couve de Murville, ministre français des Affaires étrangères - commente devant le conseil de l'Organisation atlantique les accords de Nassau et les propositions que Washington faisait à ses alliés au sujet d'une force nucléaire multilatérale.
(AVP. 63, p. 221 - 222)
 14 janvier  Conférence de presse. L'un des thèmes essentiels de cette conférence de presse est d'adhérer aux accords des Bahamas sur la formule d'une force nucléaire multilatérale (proposition Kennedy)
(D.M. T.4 p. 71-76)
 
 8 avril  Entretien à l'Élysée, avec M. Dean Rusk
(A.P. 63 p. 24B-249)
(D.M. T.4 p. 95-96)
 
 21 juin  La France retire de l'O.T.A.N. sa flotte de l'Atlantique et de la Manche.
(A.P. 63, p. 267-268)
 29 juillet  Conférence de presse
Signature des accords de Moscou (arrêt des essais nucléaires) dans ses rapports ou ses répercussions sur l'Alliance atlantique, et sur les rapports franco-américains.
(D.M. T.4 P» 118-125) (A.P. 63, p. 273-275)
 
 5 août  Signature par les États unis, la Grande-Bretagne et l'Union Soviétique du Traité de Moscou sur l'interdiction des expériences nucléaires, auquel la France se refuse à se souscrire.
(A.P. 63, p. 282-283)
 20 août  Conférence de presse du Président Kennedy répondant à la proposition du Général de Gaulle (conférence de presse du 29 juillet) pour une conférence gouvernementale sur des mesures de désarmement relatives aux moyens de transport des armes nucléaires.
(A.P. 63, p. 283)
 24-25 novembre  Il assiste aux obsèques du Président Kennedy, assassiné le 22 novembre.
 16 décembre  Entretien à l'Élysée avec M. Dean Rusk.
Sur les Américains, les problèmes atlantiques et l'organisation de la défense de l'Occident, tout cela en corrélation avec les relations France - États-Unis :
(Cf A.P. 63, p. 288 à 290-299-300-309-310-317-318)
(Voir aussi : Allocution radiotélévisée du général de Gaulle en date du 31.12.63 - D.M. T.4 p. 155)
 
 

1964

  OBSERVATION
Il convient de prendre connaissance (A.P. 64, P, 204-205) au chapitre "Les problèmes atlantiques et européens" le sous-chapitre intitulé : "L'absence de contact des Présidents Johnson et de Gaulle ; les lignes "de communication américaines hors du territoire français". Pourtant, il doit y avoir le "Kennedy Round".
(Voir aussi : A.P. 64, p. 211 - le chapitre : La politique du Général de Gaulle) (A.P. 64, p. 240 - 241)
 
27 avril Retrait des officiers français des états-majors navals interalliés
(A.P. 64, p. 241)
 
 4 mai  Ouverture à Genève du "Kennedy Round"
 
 
 3 novembre  M. Couve de Murville, ministre des Affaires étrangères, exprime, devant l'Assemblée nationale, l'opposition du gouvernement au projet américain de "force multilatérale". Intervention de M. Pompidou, Premier ministre. Thèse formelle du général de Gaulle
(A.P. 64, p. 301 -302)
 
 14 décembre  Entretien à l'Élysée avec M. Dean Rusk.
 
 16 décembre  Entretien à l'Élysée avec M. Dean Rusk.
(Cf A.P. 64, p. 319 : l'état de la question de la Force multilatérale".)
 

1965

4 février
 
Conférence de presse.
Le système monétaire international. Les investissements étrangers en France, notamment les investissements américains. Le retour à l'étalon or
(D.M. T.4 p. 331-334) (A.P. 65, p. 325 - 430)
11 février Comme suite à la position exposée dans la conférence de presse du 4.2.65, la France sort du système du "gold exchange standard".
 
 
 16 avril  La France demande aux États-Unis de fermer leur consulat à Papeete.
 28 avril  Allocution radiotélévisée. Non-intervention dans les affaires des pays étrangers. Condamnation implicite de celle des États-Unis en Indochine.
(D.M. T.4 p. 355-356)
(A.P. 65 p. 245, 6° §)
Intervention militaire en République dominicaine où vient d'éclater une guerre civile
 
 4 mai  Il reçoit à l'Élysée M. Charles Bohlen, Ambassadeur des États unis à l'O.N.U. La France prend position contre les États-Unis dans l'affaire dominicaine.
(A.P. 65, p. 249 - 251 )
 6 mai  Cette position de la France est réaffirmée en Conseil des ministres. La France désapprouve l'intervention des États-Unis et souhaite le retrait des troupes américaines.
 12 mai (?)  Déclaration tripartite anglo-franco-américaine, sur le droit, pour l'Allemagne, de choisir son destin.
(A.P. 65, p. 251-252)
 
 22 mai  La France fait adopter au Conseil de Sécurité de l’ONU une résolution demandant que la trêve en République dominicaine se transforme en cessez-le-feu permanent et invitant le Secrétaire général à lui en faire rapport.
(A.P. 65, p. 250-251)
 
 7 juin  Au Conseil de Sécurité de l'0NU nouvelle condamnation de l'agression américaine à Saint-Dominique par le représentant de la France.
(A.P. 65r p. 259)
 20 juin  Entretien à l'Élysée avec M. Humphrey, Vice-Président des États unis sur les différends franco-américains en matière de politique internationale et sur les problèmes monétaires.
(A.P. 65, p. 263)
 16 juillet  Des chasseurs français interceptent et forcent à atterrir un avion militaire américain qui photographiait les installations nucléaires de Cadarache (Pierrelatte). Protestation verbale à l'Ambassade des U.S.A. à Paris. Un ministre conseiller à cette ambassade exprime ses regrets au Ministère des Affaires étrangères français.
(A.P. 65, p. 277)
 19 juillet  La proposition américaine (10 juillet) d'une conférence monétaire mondiale est jugée inopportune par la France.
(A.P. 65, p. 278)
9 septembre Conférence de presse. Thème important : La politique internationale.
(A.P. 65, p. 292-294)
 
19 décembre Réélection du général de Gaulle à la Présidence de la République.
 
 
31 décembre Entretien à l'Élysée avec M. Arthur Goldberg, représentant des États-Unis à l'O.N.U, qui lui remet un message du Président Johnson.
(A.P. 65, p. 321-322) (A.P. 66, p. 221)

 

1966

24 janvier M. Ho-Chi-Minh, Président de la République du Nord-Vietnam lui adresse une lettre réclamant le soutien de la France dans l'affaire vietnamienne, la France ayant été partie à la conférence de Genève (Juillet 1954)
8 février Il répond à M. Ho-Chi-Minh en rappelant son attachement à une politique fondée sur l'autodétermination des peuples.
(Texte de ces deux lettres : documentation française Articles et documents n° 01788 du 23.2.66 textes officiels, pages 26-28)
Il répond au message que le Président Johnson lui avait fait remettre à Paris le 31.12.65 par M. Arthur Goldberg
(A.P. 1966, p. 220-221)
 
 21 février  Conférence de presse.
. l'O.T.A.N. (D.M. T.5, p. 17-18)
. Viet Nam et l'Amérique (D.M. T.5, p. 23)
(A.P. 66, p. 224-225 * O.T.A.N.)
 7 mars  Il adresse une lettre (remise par M. Couve de Murville, ministre des Affaires étrangères français, à M. Charles E. Bohlen, au Président Johnson sur les propositions françaises concernant les modifications de l'Alliance atlantique qui lui semblent nécessaires dans le contexte international d'alors. Il lui fait part du retrait de la France de l'O.T.A.N. et des conséquences qui en découlent, à savoir qu'elle ne saurait admettre le stationnement d'éléments militaires étrangers sur son sol.
(A.P. 66, p. 226-227 - Texte p. 313)
 
 10 mars  Le gouvernement français adresse un aide-mémoire aux quatorze membres de l'O.TA.N. qui consacre le retrait de la France du commandement de cette organisation. La France entend néanmoins demeurer dans l'Alliance atlantique.
(A.P. 66, p. 227-228 - Texte : p. 414-1415)
 
 23 mars  Réponse du Président Johnson
(A.P. 66, p. 22f-230 - Texte ; p. 313-414)
 
 29 mars  Nouvel aide-mémoire français remis aux quatorze membres de l'O.T.A.N.
(A.P. 66, p. 231-232)
et additif pour les États-Unis, le Canada et l'Allemagne
(Texte : documentation française. Articles et documents 6 mai 1966, additifs compris)
 
 13 avril  Réponse des États unis à l'aide-mémoire du 29 mars.
(A.P. 66, p. 236-237)
(Traduction intégrale : documentation française. Articles et documents nº 01798 8.5.66 p. 28-29)
 
 22 avril  Le gouvernement français répond à la note américaine du 13 avril et propose d'engager à Paris des conversations d'ordre pratique consécutives à la décision française de se retirer de l’OTAN
(A.P. 66, p. 238-239)
 
 3 mai  Nouvelle note française à chacun des quatorze de l'O.T.A.N., mais en fait surtout à l'endroit des États-Unis et subsidiairement, du Canada, concernant les autorisations de survol du territoire français, avec date d'effet le 1er juin 1966.
(A.P. 66, p. 242-243)
 Mai  Conflit vietnamien. Intensification du mouvement bouddhiste contre le gouvernement du Général Ky. Inertie de la population.
Aux États-Unis, la confiance populaire dans la capacité du Président Johnson de se dépêtrer de la guerre en Indochine continue à se dégrader.
(A.P. 66, p. 241-242)
 
 27 mai  M. Dean Rusk reçoit M. Charles Lucet, Ambassadeur de France au sujet des problèmes posés par le retrait de l'O.T.A.N. décidé par la France.
(A.P. 66, p. 243 dernier § et p. 244)
6-8 juin Le Conseil des ministres du Pacte Atlantique s'accorde sur le maintien des forces françaises en Allemagne.
(A.P. 66, p. 251-253)
14 juin Nouvel accord des Six pays de la C.E.E. sur la "négociation Kennedy"
(A.P. 66, p. 255 - Cf aussi la partie Politique économique)
 
15 juin Le Conseil permanent de l'O.T.A.N. se réunit sans la France
 
Juillet Viêt-nam Intensification de la guerre américano-Sud Vietnam contre le Viet-cong. Bombardements incessants de l'aviation des États-Unis
(A.P. 66, p. 261-262, de Gaulle et la guerre au
Viêt-nam)
 
12-13 juillet Recevant le roi du Laos, il s'élève une fois de plus
contre l'ingérence américaine dans les affaires
des pays sud-asiatiques.
(A.P. 66, p. 262)
26 juillet Les Six de la C.E.E. signent un accord à Bruxelles sur les offres agricoles pour la "négociation Kennedy.
(A.P. 66, p. 268-269)
 
Août Le retrait de France des forces américaines.
(A.P. 66, p. 274-275)
 
1er septembre Devant 80 000 personnes, il prononce un discours au Centre sportif national de Phnom Penh où il condamne la poursuite de l'intervention américaine en Indochine et proclame le droit des peuples d'Asie à l'autodétermination.
(D.M. T.5 p. 74-Ï8) (A.P. 66, p. 272-274)
 
2 septembre Déclaration commune franco-cambodgienne
(Discours : A.P. 66, PP. 272-273. Textes : Documentation française. Articles et documents nº 01818 du 23.9.66. / Déclaration : même série : nº 01819 du 30.9.66. p. 29-31)
 
 
7 septembre Déclaration de M. de Leusse, représentant permanent de la France.
(A.P. 66, p. 279-281)
22 septembre Assemblée générale de l'O.N.U.. Intervention de M. G. Goldberg, représentant des États-Unis au sujet de la guerre du Viêt-nam.
(A.P. 66, p. 278)
 
28 septembre Intervention de M. Couve de Murville.
Les problèmes atlantiques - Assemblée générale de l'O.N.U.
(A.P. 66, p. 278-279)
 
26 octobre Les Quatorze de l'O.T.A.N. décident le transfert de Paris à Bruxelles du siège de l'Organisation.
( A.P. 67, p. 288)
28 octobre Conférence de presse : le conflit vietnamien/ le retrait de la France de l'O.T.A.N.
(D.M. T.5 p. 99-100 104-105)
(A.P. 66, p..293-295 - Texte complet p. 223-426)
 
 
14-15 décembre Règlement de divers problèmes soulevés par le retrait de la France de l'O.T.A.N.
(A.P. 66 p. 309-310)
 
 14 décembre  Il s'entretient à l'Élysée, successivement, avec M. Dean Rusk et M. Willy Brandt, ministre allemand
(R.F.A.) des Affaires étrangères.
 

1967

Février Indochine : Échange de messages secrets entre le Président Johnson et le Président Ho-Chi-Minh.
(A.P. 67, p. 150-152)

7 avril
Entretien à l'Élysée avec M. Humphrey, Vice-Président des États-Unis»
(A.P. 67, p. 165)
 
 25 avril  Il se rend à Bonn, puis à Cologne, pour assister aux obsèques du Chancelier Adenauer. A cette occasion, il s'entretient brièvement avec M. Johnson.
 16 mai  A Genève, fin du "Kennedy Round" et conclusion d'un accord.
(A.P. 67, p. 174-178)
 21 juin  Il fait une déclaration devant le Conseil des ministres condamnant l'intervention américaine au Viêt-nam et l'attaque israélienne du 5 juin.
(A.P. 67, p. 193 -Texte complet : Documentation française. Articles et documents 14-21 juillet)
 12/13 juillet  Voyage à Bonn et, s'entretenant avec le Chancelier Kiesinger, après avoir reconnu les points de désaccord entre la France et la R.F.A., il propose une étroite entente entre les deux nations afin "d'éviter la prépondérance américaine".
(A.F. p. 206-208)
 
 10 août  Allocution radiotélévisée prononcée, au Palais de l’Élysée où il parle de la Paix et des lignes directrices de la politique de la France à l'égard de : l'Alliance atlantique, du Marché commun, du conflit du Proche-Orient et de la guerre au Viêt-nam.
(A.P. p. 223 - Texte intégral p. 390-391 et dans la Documentation française. Articles et documents, 25 août 1er septembre 1967)  (D.M. T.5 p. 199-204)
 
 28 septembre  Devant l'Assemblée générale des Nations Unies, M. Couve de Murville rappelle, dans un discours, les thèses françaises pour le règlement du conflit au Proche-Orient. Il répète les mêmes suggestions que l'an dernier de la part de la France, en ce qui concerne la guerre au Viêt-nam.
(A.P. 67, p. 225 et 227)
 
 Octobre  Le Conseil atlantique quitte Paris pour Bruxelles.
(Commentaires : A.P. 67, p. 237)
 
 14/16 décembre  Session ministérielle atlantique.
Vive polémique autour de l'article du Général Ailleret dans la "Revue de Défense nationale" (nº de décembre) intitulé : "Défense dirigée en défense tous azimuts" ; simple développement des propos tenus sept ans auparavant par le Général de Gaulle dans une visite à l'École Militaire, auxquels il n'avait été donné aucune publicité à l'époque et qui, repris par le général Ailleret avaient en 1967 une valeur quasi officielle avant l'adoption, le 12 décembre, par les ministres de la Défense de l'O.T.A.N. , de la stratégie dite de la "riposte graduée".
(A.P. 67, p. 259-260)
 

1968

Janvier  Problèmes atlantiques et européens. Défense du dollar. Cause de sa faiblesse : le déficit de la balance américaine des paiements. La France rappelle que "Le Général de Gaulle en particulier a maintes fois dénoncé les investissements américains au-dehors, financés par des dollars qu'avaient gagnés les Européens, mais qu'ils reprêtaient aux États-Unis".
(A.P. 68, p. 208-209)
 
14 février Entretien à l'Élysée avec M. Thant, Secrétaire général des Nations Unies sur le problème vietnamien.
 
 26 février  Réunion des ministres des Finances des Six au sujet du plan Johnson pour la "défense du dollar".
M. Michel Debré, ministre français des Finances réaffirme la position intransigeante de la France : ne pas faire payer par l'Europe le déficit de la balance des paiements américains.
(A.P. 68, p. 215-216)
 
 10-13 mars  Crise de l'or : la hausse sur le métal précieux perturbe les États-Unis qui ne peuvent consentir plus de 35 dollars d'once.
(A.P. 68, p. 226-230)
 
 17 mars  Malgré les réticences de la France, les gouverneurs des banques centrales en Europe s'accordent pour défendre le dollar et freiner les spéculations sur l'or, mais des restrictions sont apportées à la convertibilité du dollar. (Ch. p. 315)
 
 22 mars  Il préside à l'Élysée un Conseil restreint sur les questions monétaires. Il y fait une déclaration réitérant la thèse française sur le déséquilibre de la balance américaine des paiements. (Ch. p. 315)
(A.P. 68, p. 227, dernier §)
 
 25 mars  Réunion à Bruxelles des ministres des Finances des Six. M. Debré réaffirme la position française.
(A.P. 68, p. 228)
 29/30 mars  Conférence à Stockholm des dix ministres des Finances européens. Débat sur l'utilisation des droits de tirage spéciaux décidés en 1967 à la conférence du F.M.I. à Rio de Janeiro.
Attachement du Général de Gaulle à l'étalon or contre le système des droits de tirage spéciaux, repoussé par notre représentant.
(A.P. 68, p. 228-230)
 
 3 avril  Le Nord Viêt-nam accepte de négocier avec les États-Unis
(A.P. 68, p. 231-233)
 
 9 avril  Les Six décident à Luxembourg d'accélérer la réalisation des accords résultant de la "négociation Kennedy".
 2 mai  Les États-Unis et la République démocratique du Nord-Viêt-nam choisissent Paris comme lieu de négociation.
(A.P. 68, p. 233)
 
 13 mai  ouverture des négociations entre les États-Unis et la République démocratique du Nord Viêt-nam.
(A.P. 68, p. 240-241)
 

1969

15 janvier Il propose une conférence des quatre grandes puissances pour résoudre la crise du Proche-Orient.
Ralentissement dans l'activité diplomatique en raison de la prise de fonction le 20 janvier, de M. Richard Nixon, nouveau Président des États-Unis.
4 février Le Président Nixon donne son agrément à la participation des États-Unis à des conversations des quatre grands sur le Proche-Orient.
 7 février  À New-York, ouverture des conversations préliminaires bilatérales entre les quatre grands.
( A.P. 69, p. 229)
 
 28 février /2 mars  Voyage officiel en France de M. Richard Nixon.
 28 février  Entretien à l'Élysée
 2 mars  
entretien à l'Élysée.
Ces entretiens se traduisent par une détente dans les relations franco-américaines.
(A.P. 69, p. 222-223)
 
 10 mars  Entretien au grand Trianon à Versailles
 13 mars  Le Sénat américain ratifie le traité de non-prolifération des armes nucléaires, que la France n'a pas signé.
(A.P. 69, p. 237)
 
 30/31 mars  Le Général de Gaulle se rend à Washington pour assister aux obsèques du Général Eisenhower, décédé le 28 mars.
 
 3/29 avril  Six réunions des représentants des Quatre grands à Washington sur le conflit du Proche-Orient.
(A.P. 69, p. 245)
 
 28 avril  À midi, le Général de Gaulle cesse d'exercer ses fonctions de Président de la République.