LA MEMOIRE

LIEUX

SYMBOLES


José Aboulker (1920-2009)

José Aboulker


Né le 5 mars 1920 à Alger dans une famille juive, José Aboulker est le fils d'un chef de service à l'hôpital puis professeur à la Faculté de Médecine d'Alger. Il doit arrêter ses études de médecine lors de sa mobilisation en Algérie en avril 1940 et entre dans la Résistance en février 1941.
Il est l'un des principaux animateurs de la Résistance en Algérie et prépare à partir de 1942 l'aide française au débarquement allié avec Henri d'Astier de la Vigerie, le colonel Jousse et la mission Murphy. Dans la nuit du débarquement, le 8 novembre 1942, il commande à partir du Commissariat central l'occupation de la ville par 400 jeunes résistants qui prennent les centres importants, arrêtent les responsables militaires et civils du Gouvernement de Vichy. Il rallie une partie de la Police et évacue la Préfecture assiégée. La ville est prise presque sans combat en quinze heures par les Alliés, alors qu'à Oran ou au Maroc l'armée de Vichy se bat contre eux avec acharnement.
Le 29 décembre 1942, après l'exécution de Darlan, José Aboulker est arrêté et déporté dans le Sud algérien par le général Giraud, avec d'autres anciens résistants qui mènent campagne pour la venue du général de Gaulle à Alger.
Libéré, il rejoint Londres en avril 1943. Délégué à l'organisation du service de santé de la résistance intérieure et pour l'organisation sanitaire civile à la Libération, il est envoyé en mission en France en octobre 1943. Pendant neuf mois, il organise le service de santé des maquis tout en préparant les secours aux populations libérées.
De retour à Londres en juillet 1944, il gagne Alger où le général de Gaulle a voulu le voir, car il arrive de Paris.
Fin août 1944, il repart d'Alger vers la métropole, dans les régions de zone sud en insurrection afin d'aider à l'installation des commissaires de la République à Toulouse, Limoges et Clermont-Ferrand.
Il est délégué de la Résistance d'Algérie à l'Assemblée consultative provisoire à Paris, en 1944-45. Il s'éloigne de l'entourage du général de Gaulle après la répression de Sétif (8/5/1945) et entre au parti communiste en 1947. Par la suite, il milite pour l'indépendance de l'Algérie, est hostile au retour aux affaires de De Gaulle en 1958 mais vote pour lui lors des élections présidentielles de 1965 par fidélité au chef de la France Libre. José Aboulker est compagnon de la Libération.
José Aboulker est un spécialiste de neurochirurgie de renommée mondiale.