LA MEMOIRE

LIEUX

SYMBOLES


Maurice Schumann (10 avril 1911 - 9 février 1998)

Maurice Schumann et le général de GaulleNé d’une famille juive alsacienne en 1911, Maurice Schumann fait des études de philosophie à Paris avant de rentrer dans le journalisme. Il écrit des articles pour différents journaux, Grand Reportage, Sept, Temps présent, ....

 

En 1939, il s’engage dans la guerre, mais à l’Appel du général de Gaulle, il embarque le 21 juin 1940, depuis Saint-Jean-de-Luz, pour le rejoindre à Londres. Sa rencontre avec Charles de Gaulle est un moment décisif de son existence. Au micro de  la BBC, il est la voix de la France Libre. Son émission Honneur et Patrie a joué un grand rôle pour transmettre des messages codé et diffuser des informations expurgées de la propagande nazie. L’émission devient  Ici la France puis La France parle aux Français. La voix de Schumann y vibre et réveille l’espoir, chaque soir, chez les Français, entre juillet 1940 et juin 1944. Avec détermination, il remplit la mission que le général de Gaulle lui a confiée :
« Il faut ramener du bon côté non pas les Français mais la France ». La rhétorique de Maurice Schumann guide les premiers pas des résistants ; mais peu à peu aussi, entre dans une véritable guerre des ondes. Jacques Soustelle, commissaire à l’information, et lui-même, oeuvrent alors à la structuration de la Résistance.

 

Il quitte Londres en juin 1944, pour participer à la bataille de France avec une division britannique puis avec la 2ème DB. Le général de Gaulle le fera Compagnon de la Libération le 14 juillet 1945. Chevalier de la Libération, on le décora également de la Croix de Guerre 1939-1945.

 

Maurice Schumann commence dès la Libération une carrière politique et fonde le « Mouvement républicain populaire », parti démocrate chrétien. Après la disparition de ce parti, il rejoint les rangs gaullistes. Il a été de 1951 à 1954, président de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Sous la Vème République, il occupe plusieurs charges ministérielles : Aménagement du Territoire (1962), Recherche scientifique et questions atomiques (1967-1968), Affaires sociales (1968-1969) et Affaires Etrangères (1969-1973). Dans ce dernier poste, il est en charge de l’entrée du Royaume Uni dans la Communauté Economique Européenne. Ce ministère et cette mission l’intéressent beaucoup. On a dit de lui qu’il était « le plus Européen des gaullistes et le plus gaulliste des Européens ».
Le Nord occupe aussi une grande place dans sa carrière politique. En effet, il a été élu neuf fois député, puis sénateur.

 

Parallèlement à sa vie politique, Maurice Schumann est actif au sein de la communauté intellectuelle et culturelle. Il n’oublie pas de manier sa plume avec talent et publie de nombreux ouvrages : essais littéraires, économiques, politiques et philosophiques, romans, ouvrages historiques. Les membres de l’Académie française le choisissent pour prendre place sur le siège de son prédécesseur Wladimir d’Ormesson en 1974. Il fut administrateur de la Fondation de France et professeur associé de la Faculté libre des Lettres et Sciences Humaines de Lille ainsi que président de l’Association des écrivains catholiques. Il fut aussi président des conservateurs du musée de Chantilly.

 

Par ce récit rapide de la vie de Maurice Schumann, il s’agit de transmettre son goût pour l’action, pour la réflexion sur la culture, pour l’écriture, pour le débat d’idées.