Séminaire « Le numérique, arme de neutralisation massive » le 4 décembre 2017

Séminaire « Le numérique, arme de neutralisation massive » le 4 décembre 2017

SÉMINAIRE : « LE NUMÉRIQUE, ARME DE NEUTRALISATION MASSIVE »

Entrée gratuite sur inscription

Lieu : Fondation Charles de Gaulle, 5 rue de Solférino, 75007 Paris

Date : lundi 4 décembre 2017 à 18h30

Intervenants :

• Éric Meillan, Ancien sous-directeur de la direction de surveillance du territoire (DST) et président de la section droit pénal de l’Association française des docteurs en droit
• François Levieux, polytechnicien, docteur ès sciences et ancien responsable technique chez Thales group

Jacques Godfrain, ancien ministre et président de la Fondation Charles de Gaulle, vous prie d’assister au séminaire de réflexion « Le numérique, arme de neutralisation massive », animé par François Levieux et Éric Meillan, auteurs de l’ouvrage Survivre à la guerre numérique (Édition Jean Picollec). Une prise de conscience des décideurs au plus haut niveau est urgente : le numérique présente des dangers nouveaux et d’une envergure rare contre les droits de l’homme, contre la sécurité de l’État, et contre l’indépendance de nos forces vives. Des parades contre cette neutralisation massive existent, mais elles imposent de recréer l’espace social, politique et juridique ; le temps de visionnaires courageux est arrivé pour prendre en charge cette nouvelle menace.

Quatrième de couverture de l’ouvrage Survivre à la guerre numérique
« Ce livre s’adresse aux décideurs qui doivent prendre conscience d’une certaine impasse actuelle de la sécurité numérique ; mais il montre que cette impasse n’est pas inéluctable. Cet ouvrage est novateur, car il doit provoquer chez le lecteur la remise en question de la confiance en des recettes aujourd’hui insuffisantes : en effet, la sécurité numérique ne peut plus se construire uniquement sur la sanctuarisation et les documents chiffrés.
Il prône une approche qui les complète. La richesse de cette présentation et de ces propositions découle de l’association assez originale entre un scientifique et un spécialiste du contre-espionnage. Ces deux auteurs ont largement participé dans leurs déroulements professionnels aux impératifs de défense et de sécurité nationale et ils restent attentifs à pouvoir offrir de bonnes recettes de protection. »

Formulaire d'inscription

6 + 1 =

Mission d’enseignement à l’École supérieure des affaires de Beyrouth

Mission d’enseignement à l’École supérieure des affaires de Beyrouth

La première étape du projet d’Institut Charles de Gaulle du Liban, réalisé en partenariat avec l’Ambassade de France, l’École supérieure des affaires (l’ESA forme les dirigeants et les futurs cadres des entreprises implantées au Liban et dans les pays du Proche et du Moyen-Orient) et une association de soutien dédiée, passait par la mise en place d’un programme d’enseignement (24 heures) élaboré et dispensé par Frédéric Fogacci, Directeur des Études et de la Recherche de la Fondation. Afin de répondre à l’attente des étudiants de seconde année (BBA 2) tout en traitant du modèle gaullien, le propos a été centré sur la question du leadership.

En effet, Charles de Gaulle s’est imposé comme l’un des chefs les mieux reconnus, suivis et respectés de l’histoire du XXe siècle. Son exemple a été déployé à travers trois thématiques :

  • La définition du modèle du « Chef », nourrie notamment du Fil de l’épée ;
  • La gestion de crise ;
  • La construction du processus de décision.

À chaque fois, un moment gaullien a été mis en rapport avec des exemples puisés dans la réalité française contemporaine. Un dernier temps de l’enseignement a été consacré à la notion d’indépendance nationale, ce qui a permis notamment des mises au point géostratégiques et un exposé sur la spécificité de l’industrie de Défense en France.

Fort de ce succès, cette première expérience en appelle peut-être d’autres, notamment à diverses étapes du parcours de formation de ces étudiants.