Document : l’ambassadeur de RPC remet ses lettres de créance à de Gaulle, 6 juin 1964

Dès 1950, la Grande-Bretagne reconnaît la République Populaire de Chine – RPC – mais cette reconnaissance, liée à la question de Hong Kong, n’a donné lieu qu’à l’échange de chargé d’affaires entre les deux pays.

© Droits réservés

Reconnaître la Chine de Pékin implique de rompre avec le gouvernement de Taipei. Par égard pour son ancien allié, le général de Gaulle laisse à Tchang Kaï-Chek l’initiative de la rupture, solution que les autorités chinoises, conciliantes, ont acceptée.

Suite à l’annonce, le 27 janvier 1964, du rétablissement des relations diplomatiques entre la RPC et la France et à l’échange d’ambassadeurs sous trois mois, l’ambassadeur de la RPC, Huang Chen, remet ses lettres de créance au général de Gaulle, le 6 juin 1964.